Source: Externe

David Nicholls nous fait comprendre avec un humour assez ravageur qu'avoir 18 ans n'est pas tous les jours une sinécure. Son héros Brian Jackson fait ses armes à l'université et l'arrivée dans sa colocation donne tout de suite le ton de son année à venir : chambre la plus pourrie où l'humidité fait office de brumisateur, poubelle pleine de bière artisanale qui fermente dans la cuisine et première invitation à une soirée qui lui fera découvrir la sublime Alice, futur objet de ses désirs aussi virils que peu discrets.


Brian voudrait enfin EXISTER, se trouver, oublier sa petite ville natale et ses origines prolétariennes pour se réinventer en poète torturé mais à succès. C'est compter sans une acné qui lui transforme le visage en bifteck cru et sa fâcheuse tendance aux plaisanteries lettrées qui ne font rire que les amateurs du "Question pour un champion" anglais, jeu auquel il souhaite participer en hommage à son père.
L'auteur dépeint avec beaucoup de bonne humeur cet étudiant "candide" qui oscille encore entre l'adolescence et l'âge adulte. Le lecteur suit ses aventures dans l'Angleterre de l'époque Thatcher et glousse aussi bien des impairs de Brian que de retrouver au détour d'un détail, d'une musique, d'un vêtement sa propre première année universitaire. Certains passages sont quasiment des scènes cinématographiques et l'adaptation en film de ce roman vitamité paraît tout à fait possible. 
Un regret (qui m'est personnel), sur cette lecture planait l'ombre du maître Jonathan Coe qui lui aussi a dressé les portraits d'adolescents à cette époque dans "Bienvenue au club" et cette comparaison a un peu amoindri le plaisir de la lecture. Parfois, on se maudit d'avoir une trop bonne mémoire...

Roman conseillé pour les vacances de Noël !