Source: Externe

 Ceux et celles qui me connaissent depuis longtemps connaissent mon affection particulière pour la collection Quai Voltaire. Dans une librairie, à la médiathèque, sur les stands d'un vide-grenier, mon regard va toujours être attiré par les couvertures bleues, emblématiques de la collection. Phalène fantôme me conforte dans l'idée que je dois être le "coeur de cible" des éditions de La Table Ronde...

   Le début du roman est extrêmement maîtrisé, écrit avec une précision et un réalisme qui laissent poindre pourtant un soupçon de fantastique. Katherine, mère de famille nombreuse, profite d'un bel après-midi d'août 1969 pour prendre un bain de mer. George, son époux, qui travaille au service des eaux, a pu se libérer et ils ont quitté Belfast pour une journée à la plage, loin des tensions religieuses et des vexations qu'ils subissent, en tant que famille catholique dans un quartier protestant. Son plaisir de nager est rapidement gâché par l'arrivée inattendue d'un phoque, créature qui pour elle n'a rien de débonnaire. Elle le trouve menaçant, surgi des profondeurs insondables et les yeux maintenant rivés sur elle, comme à la recherche d'une réponse. Elle panique, perd ses moyens, et ne doit qu'au sang-froid de son mari de ne pas se noyer. L'échappée en dehors du quotidien tourne au cauchemar et la famille décide de rentrer sans plus attendre à la maison.

   Ce phoque, que seule Katherine a vu, met en branle la terrible mécanique de la mémoire. Elle voudrait obstinément s'ancrer en 1969, profiter de ses trois filles et de son garçon. Voir Maureen devenir adolescente et la rassurer, calmer les éternelles disputes entre Elizabeth et Elsa, câliner Stephen qui n'est encore qu'un bébé. Mais les souvenirs de l'année 1949 refont surface, vingt ans après. Ils manquent de la submerger quand elle baisse la garde, mettant en péril son équilibre mental et son couple.

   Katherine n'a pas toujours été une femme au foyer, à la tête d'une véritable tribu. En 1949, elle occupait un emploi de commis au écriture et vivait chez sa mère. Sa passion pour le chant lyrique l'avait amenée à interpréter Carmen avec une troupe d'amateurs. Habitée par le rôle, enivrée par le chant, elle s'éloignait sans même le vouloir de George, son très (trop) sage fiancé. Lors d'un essayage pour son costume de scène, elle fait la connaissance de Tom, un jeune tailleur et tombe éperdument amoureuse de lui. Leurs amours clandestines ont la saveur de l'interdit... Mais son fiancé veille et ne peut se résoudre à la perdre.

   1969, 1949, Michèle Forbes tisse une trame subtile où passé et présent, présent et passé bousculent Katherine et George,  et les obligent à se rendre des comptes. Elsa ,dont la ressemblance avec sa mère est troublante, est la plus sensible, la plus à même de sentir la menace qui s'avance vers la famille.C'est elle qui perpétuera l'histoire fantastique  des phalènes fantômes.

   Michele Forbes a de nombreuses cordes à son arc : actrice, critique littéraire et écrivain. Phalène fantôme, son premier roman, offre un style déjà abouti, subtil dosage entre la réalité et le rêve, le présent et le passé, le trivial et le poétique.

Un très beau moment de lecture !

 

Source: Externe