Source: Externe

   Ce roman écrit à quatre mains par Véronique Biefnot et Francis Dannemark est un road-movie qui rappelle plus, par l'âge des protagonistes, la virée en Toscane des trois sexuagénaires des Vieux Fourneaux que la folle balade de Thelma et Louise dans un film resté culte.

   Henriette, Flora et Lydie sont pensionnaires à La Moisson, une maison de retraite, où les anciens sont traités avec beaucoup de bienveillance. Cela n'empêche pas les agacements et les chicanes qui naissent toujours au sein des groupes. Henriette, ancienne mercière belge, bourrue au coeur tendre ne peut pas supporter la fantasque Flora, qui réinvente son passé et se donne toujours le rôle de la star. Une pincée de Roméo et Juliette pimente leurs querelles : Quentin (petit-fils de la première, Roméo donc ) et Stéphanie (petite-fille de la deuxième, Juliette bien évidemment) s'aiment d'un amour tendre qui contrarie les deux mamies. Lydie, la bonne fée, devenue épicière un peu par hasard, est celle qui arrondit les angles, console, conseille et agrémente la conversation de vers toujours bien choisis. Ces trois dames sont veuves et ne voient que très peu leur famille, une situation devenue banale dans notre société, même si elle peut nous interroger sur le lien intergénérationnel.

   Le décor est campé, les deux auteurs ne vont pas laisser leurs trois personnages, confortablement installés dans une routine tristounette. A la maison de retraite, il y a Olena, jeune Ukrainienne de 27 ans, en situation irrégulière. Elle s'occupe avec beaucoup de sollicitude des pensionnaires et cache derrière son sourire ses souffrances : sa fille Milena restée au pays près de sa mère et Vassili, son mari, ouvrier au Portugal. Les deux auteurs ont choisi de changer de typographie selon que l'histoire est vue par les anciens ou par Olena. L'usage de l'italique pour cette dernière montre bien le caractère précaire de son quotidien, l'aspect bancal de sa vie, étrangère sans papier, épouse sans son époux et sa fille, aussi seule finalement que les trois veuves.

   Coup de théâtre, Stéphanie part travailler au Portugal et laisse en France un Quentin inconsolable ! Une mission pour nos "super" mamies : se rendre au Portugal pour raisonner la petite-fille de Flora  ! Il leur faut un chauffeur : ce sera Olena et la contrepartie imposée par Lydie pour que celle-ci leur rende service est un "détour" à la frontière polonaise pour récupérer Milena qui va entrer clandestinement en France.

   Débute alors "l'Odyssée" des mémés qui, chemin faisant, retrouvent envie de vivre, curiosité et humanité ! Je ne vous dévoile pas plus de ce road-movie sympathique...

   Mon avis sur ce roman est en demi-teintes, les personnages esquissés ne manquent pas d'intérêt  mais les nuances, les aspérités, qui leur donneraient une vraie identité ne sont pas suffisamment présentes. Les villes traversées se résument très souvent à un lieu ou un objet emblématique : Cambray et ses bêtises par exemple. L'Histoire et en particulier le sort des Juifs pendant la Seconde Guerre Mondiale est rappelée au travers du passé de Flora mais sans l'intensité que j'aurais souhaitée.

   Au final, une lecture agréable mais très rapide et un parti-pris d'optimisme qui donne parfois à ce roman des allures de conte de fée.

   

Source: Externe