Source: Externe

   Prix Goncourt en 2007, découvert, lu et chroniqué en 2015, j'ai été un peu longue à la détente sur ce roman. Et puisqu'on se dit tout, je ne connaissais même pas l'auteur Gilles Leroy... Je sais, je viens de casser un mythe, de briser un symbole, non, je ne suis pas une encyclopédie littéraire sur pattes ! Et oui, je suis humaine ! 

   Revenons à Zelda Fitzgerald et à son destin hors du commun. L'auteur fait le pari audacieux de parler en son nom dans une sorte de "confession" intime qui plonge le lecteur au coeur de ses sentiments, de ses ressentiments, de sa gloire à son déclin. Elle nous raconte son histoire de fille de l'Alabama, garçon manqué prêt à faire les quatre cents coups pour défier son père, le Juge, qui incarne la raison, l'establishement dans ce qu'il a de plus détestable. Elle a pour complice, à l'adolescence Tallulah Bankhead, qui connaîtra elle aussi la célébrité à Hollywood. Deux filles "branchées", qui défient les règles de bonne conduite à Montgomery, mais que rien ne peut atteindre car leurs familles sont influentes, deux Belles du Sud qui rêvent de briller dans la lumière, au risque de se brûler.

  Gilles Leroy joue sur la chronologie, le déroulement des événements n'est pas linéaire mais suit la mémoire fantasque, défaillante de Zelda. Les souvenirs surgissent souvent lors des entretiens avec les médecins qui la soignent lors de ses nombreux séjours en hôpital psychiatrique.

   1918, Zelda rencontre le lieutenant Scott Fitzgerald et ils forment le couple à la mode, se déchaînant sur la piste de danse du camp Sheridan  à Mongomery. Tous les regards se portent sur eux, ils incarnent la jeunesse, l'insouciance, la beauté et le talent.Ils deviennent le couple emblématique des années folles, les Brad Pitt et Angelina Jolie de l'époque. Et puis les années passent, Zelda et Scott mènent une vie de bohème chic, se ruinant en soirées, en suites somptueuses dans des hôtels de luxe, s'aimant, se jalousant, se détestant tour à tour. L'alcool détruit peu à peu l'écrivain. Leur vie est la matière de leurs écrits, ils se disputent ensuite le droit d'utiliser cette matière à fin de publication. "Tendre est la nuit" est une pomme de discorde entre eux. Tous les deux ont posé des mots sur la période de leur existence qui est évoqué dans le roman mais c'est Scott qui fait paraître son livre, qui vole à Zelda un éventuel succès.

    La Belle du Sud cherche tout au long de sa courte existence à exprimer son talent, de l'écriture à la danse jusqu'à la peinture. Elle semble vouloir de nouveau attirer les projecteurs comme du temps de sa jeunesse mais cette quête fébrile, forcenée, ébranle sa raison, justifiant, selon son mari, ses internements. Elle meurt d'ailleurs à l'âge de 47 ans dans l'incendie d'un de ces établissements spécialisés.

 

   La Zelda d'Alabama Song est celle de Gilles Leroy, il le précise à la fin de son roman. Il s'appuie sur des éléments biographiques exacts mais invente aussi des épisodes, créant un être fragile et attachant, un papillon de nuit aux ailes brûlées.

Merci Céline pour ce prêt

 

Source: Externe