Source: Externe

 à l'initiative de Gilwenn

Source: Externe

 

   Highland Fling est le premier roman de Nancy Mitford, il est paru en Angleterre en 1931. Tout l'art de l'auteur ne réside pas dans la construction d'intrigues élaborées mais dans le portrait de ses contemporains de la haute société de l'entre-deux guerres. Comme dirait une de mes filles, adolescente, ils "prennent cher !".

   Tous les ans, Craig et Madge Craigdalloch organisent dans leur château écossais une garden-party où les convives chassent les grouses avec passion, pauvres volatiles qui n'en demandaient pas tant. Malheureusement un contretemps empêche nos hôtes d'accueillir leurs invités et ils chargent leur nièce Sally Monteath (et accessoirement son mari Walter) d'assumer ce rôle à leur place. Les deux tourtereaux, impécunieux, acceptent le "contrat" qui leur permet d'être logés et blanchis gratuitement pendant quelques jours. Pendant ce séjour, deux générations vont se côtoyer : les Monteath et leurs amis Jane et Albert et les invités : belle brochette d'aristocrates plus ou moins décatis. L'auteur n'épargne ni les plus jeunes pour qui avoir un métier est trop vulgaire et se disent poète ou peintre, et les plus anciens qui se cramponnent à leur marotte et aux traditions comme les jeux traditionnels des Highland. Tout ce beau monde s'ennuie, avec plus ou moins de classe et Nancy Mitford se régale à nous raconter leurs pérégrinations lors des battues ou de la sortie pour assister aux jeux. Egoïstes, puérils, vains mais tellement drôles sous la plume de celle qui est bien placée pour évoquer leurs défauts puisqu'elle fait partie, elle aussi de l'aristocratie, ces personnages valent de faire un détour par l'Ecosse. L'incendie de Dalloch, la demeure qui les accueille, disperse le petit groupe et les "jeunes" se trouvent une nouvelle occupation : le mariage de Jane et Albert, perturbé par l'inattendu succès de l'exposition des peintures d'Albert. Artiste maudit, c'est romantique ... mais peintre à succès , c'est beaucoup moins chic !