Source: Externe

   J'adore les pavés, les histoires au long cours qui nous happent et nous entraînent loin du quotidien. Peter Behrens a réussi à me bluffer, et pourtant je compte déjà de nombreuses sagas à mon actif. 

   "1887, Canada." , à peine avais-je lu le début de la quatrième de couverture que j'étais ferrée : l'époque et le lieu, tout me plaisait. L'histoire, c'est celle de Joe O'Brien, jeune homme d'origine irlandaise, qui vit dans le comté de Pontiac au Québec. L'endroit rappelle Notre-Dame-des-Lacs , le village de Magasin Général, la bande dessinée de Régis Loisel et Jean-Louis Tripp. La vie y est rude, le climat extrême et pourtant, Joe s'en accommode. Il le faut, lui qui doit assurer la subsistance de sa famille, son père est mort et son nouveau beau-père est un alcoolique notoire, violoniste "possédé" qui s'incruste dans toutes les cérémonies pour y faire entendre son crin-crin. Comme son grand-père, puis son père, il sent en lui l'appel de l'ailleurs et au décès de sa mère, il s'en va, casant avec plus ou moins de bonheur ses frères et soeurs plus jeunes dans des exploitations agricoles ou des établissements religieux. Ceci fait, il s'accorde une semaine dans un hôtel à Coney Island pour mettre au clair ce qu'il veut faire de sa vie. Ce break, fortement alcoolisé, le conforte dans son choix : "une femme, des enfants, de l'argent, du pouvoir".

    Joe est une "force qui va", il rencontre Iseult, une jeune femme, orpheline de bonne famille et lui fait partager au début de leur mariage son existence de constructeur de chemin de fer. Elle aime cet homme, animé par une volonté farouche de réussir, mais ne parvient pas toujours à le comprendre. Il recèle une part d'ombre qui périodiquement manquera de le faire sombrer. Devenu capitaine d'industrie, il s'installe à Montréal avec sa femme et ses enfants, Mike, Margo et Frankie dans une maison cossue. Tous ses rêves semblent se réaliser. L'Histoire, pourtant, s'invite à sa table, la guerre de 14 transforme Grattan, le frère dont il est le plus proche en un autre, à la fois auréolé de gloire et démoli. La deuxième lui vole son fils, Mike, et cette perte manque de le faire basculer dans la folie. Joe aime les siens au-delà des mots, mais il les aime si maladroitement que parfois son comportement les déroute.

   Peter Behrens crée un personnage extraordinaire, façonné par une enfance difficile, mais Joe n'est pas le seul centre d'intérêt de ce roman. Les autres protagonistes ne sont pas en reste, la diaphane Iseult qui ploie tel un roseau sous la tempête mais ne rompt pas, Grattan et sa passion pour l'aviation et l'aventure, Mike et ses soeurs qui cherchent, comme leur père avant eux, à trouver un sens, une direction à leur existence. Ce livre nous livre aussi tout un pan de l'histoire du Québec, de 1887 à 1960.  Nous voyons peu à peu le pays se construire, découvrons ses liens avec le Vieux Continent, partageons les us et coutumes qui s'installent au fil des générations, jusqu'au final, magnifique, rédempteur, sur l'île de Cap-Breton !

Un roman, à lire absolument !

 

Source: Externe