Source: Externe

   Impossible de laisser se terminer le mois anglais sans évoquer Flavia De Luce, une incroyable héroïne, qui montre bien que la valeur n'attend pas forcément le nombre des années... Agée de 11 ans, la benjamine de la famille, pousse comme une herbe folle. Depuis le décès de sa mère Harriet, son père Haviland erre comme une âme en peine et semble n'éprouver d'intérêt que pour ses timbres. Il est plus qu'embarrassé par l'éducation des ses trois filles et ne voient pas que les deux aînées Félicy, qui collectionne les amoureux comme d'autres les papillons et Daphnée, papivore qui ne lève son nez de ses chers livres que pour décocher une flèche assassine, rendent la vie dure à la petite dernière. Entourée par l'affection de Mme Mullet, piètre cuisinière mais femme maternelle et de Dogger, homme à tout faire au passé mystérieux, elle résout les énigmes criminelles les plus tordues avec un mélange attendrissant d'extrême intelligence et de naïveté enfantine.

   Dans ce tome, Haviland De Luce, aux abois financièrement, a accepté que Buckshaw, leur manoir à la splendeur déchue, serve de décor à un film. Toute l'équipe débarque et très vite, Flavia remarque que l'actrice vedette Phillis Wyvern, a le don pour s'attirer de nombreuses antipathies. Ce tournage est un véritable événement dans la famille et excite aussi la curiosité des villageois de Bishop's Lacey. Nous sommes dans les années 50 et le cinéma a encore une magie que l'ère de la télévision et d'internet n'a pas amoindri. Notre demoiselle a fort à faire, entre un espionnage discret des comédiens et la préparation dans son laboratoire d'une super Glu pour attraper le Père Noël. (Elle veut en avoir le coeur net quant à l'existence du gros bonhomme barbu ! Le piéger dans le conduit de cheminée grâce à sa glu lui paraît la démarche appropriée !). Le pasteur, afin de recueillir des fonds pour la rénovation de la toiture de l'église, demande à Phillis Wyvern et son partenaire à l'écran Desmond Duncan de jouer une scène de Roméo et Juliette. La représentation a lieu et presque toutes les âmes du village se retrouvent dans le vestibule de Buckshaw pour assister au spectacle. Survient une tempête de neige qui les bloque sur place et pour couronner le tout, Phillis est assassinée...

   Flavia est sur la piste ! Le charme des romans de Alan Bradley tient beaucoup à ce personnage atypique. Passionnée de chimie, elle tente dans l'ancien laboratoire de son oncle Tar les expériences les plus incroyables. Elle a élu domicile dans une aile du manoir que personne n'occupe et jouit d'une grande (trop grande ?) liberté. Sur son fidèle destrier, une splendide bicyclette, une BSA Keep Fit, ayant appartenu à sa mère, elle s'aventure bien au-delà des limites permises et flirte sans arrêt avec les plus grands dangers. Son flair de détective en fait une alliée de l'inspecteur Hewitt qu'elle agace autant qu'elle émeut. Les intrigues des romans sont parfois un peu cousues de fil blanc mais tome après tome, j'ai toujours autant de plaisir à renouer avec cette drôle de petite fille !

Source: Externe

Source: Externe

 L'auteur ! Je ne sais pas pourquoi mais je vois bien Flavia avec ce regard malicieux...