Source: Externe

 

 Confortablement installée dans le TGV, je savourais d'avance ma lecture du "Docteur Thorne". Deux heures trente de trajet, l'idéal pour me transporter dans le comté imaginaire du Barset et me passionner pour les drames provoqués par l'idylle naissante entre Frank Gresham, le fils du "squire", et Mary la nièce du docteur. Dans l'Angleterre victorienne, ce jeune homme se devait d'épouser une "fortune" pour renflouer le domaine familial et ne pouvait laisser parler son coeur qui le portait vers cette jeune fille sans dot. C'était sans compter un groupe de pré-ados de retour de colonie de vacances. A quelques rangées de la mienne se trouvaient deux filles et deux garçons qui ont diverti, probablement à leur insu, toute la voiture. Leurs voix portaient et leur discussion, mea culpa, m'a distraite de ma lecture... J'ai beaucoup appris sur l'amour,l'humour et le corps humain !

L'amour :

"Un slow à sept, ça le fait pas ! A deux, c'est plus personnel !"

"De toute ma vie, j'ai jamais dansé un slow !"

"Les filles, pour le slow, faut aller les chercher ! Et même quand elles disent non, ça veut dire oui."

" je connais une fille qui s'est fait larguer. Elle a dit au garçon : tu me brises le coeur. Il lui a dit : toi, tu me brises les couilles !"

L'humour :

" Certains disent pas Céline Dion mais Céline Fion ". Et les quatre de rire à gorge déployée avant qu'un d'entre eux demandent : "C'est quoi un fion ?" Gros silence, personne ne connaissait la réponse...

Le corps humain :

" la transpiration des pieds, c'est de l'eau. Chez les gars, elle pue. Chez les filles, c'est de l'eau qui sent rien."

   Pardon, Monsieur Trollope, pardon, pardon ! Je n'ai pas succombé dans ce train au charme de vos phrases aux multiples adjectifs, à vos subjonctifs, à vos circonvolutions stylistiques, j'ai fait comme le reste de mes congénères : glousser intérieurement ! Promis, je vous retrouve bientôt dans de meilleures dispositions.