Source: Externe

Ce texte est ma participation à l'atelier d'écriture de Leiloona. Il s'inspire d'une photo de Julien Ribot.

   Didier profita d'un moment de calme pour attraper sa thermos de café dans le panier planqué sous son étal de fruits et légumes. Il se servit une bonne tasse qu'il prit plaisir à boire à petites gorgées tout en observant le manège d'un étrange trio. Depuis au moins une demi-heure, il les voyait circuler dans le marché du dimanche, errant d'un stand à un autre, l'air un peu égaré. Il ne les avait jamais vus, un homme élégant dans la quarantaine flanqué de jumeaux de douze ou treize ans vêtus de surplus de l'armée qui n'arrivaient pas à rendre leur allure plus virile. Leurs bonnes joues et leur peau encore délicate montraient  que la puberté ne les avait pas encore vraiment rattrapés ! 

   Curieux, Didier finit par les apostropher alors qu'ils passaient pour la troisième fois devant ses cageots.

" Vous cherchez quelque chose de particulier ? 

- Un peu de tout, répondit l'un des préadolescents en rougissant.

- Ben, c'est vague comme demande ! "

Il les vit tenir une sorte de conciliabule et l'homme s'approcha de lui, en sortant de sa poche quelques feuilles imprimées.

" Nous avons besoin de produits pour réaliser un repas.

- Entrée, plat et dessert, précisa l'un des garçons.

- C'est à cause de M'man qu'est partie à l'hôtel, rajouta son frère.

-Ta gueule, pas besoin que tout le quartier soit au courant."

   Le maraîcher,que cet échange entre les jumeaux avait intrigué , attendit la suite.

"Bon, soyons honnêtes ! Avant-hier, nous avons tous oublié de fêter l'anniversaire de ma femme et elle a piqué une colère monstre. Elle a quitté la maison, a passé les deux dernières nuit à l'hôtel Ibis et m'a contacté par sms hier pour me dire qu'elle ne reviendrait ce midi que pour mettre les pieds sous la table, savouré son repas de fête et ouvrir ses cadeaux ! " confessa le père de famille.

   Didier regarda de plus près la frimousse des garçons et s'aperçut qu'elle lui était familière. Ils ressemblaient comme deux gouttes d'eau à Sophie, une de ses clientes préférées. Elle était toujours là, très tôt, à la recherche de produits de saison et toujours disponible pour tailler une bavette. Une petite blonde sympa ! Et ces trois grands couillons avaient oublié son anniversaire ! Il y a vraiment des coups de pied où je pense qui se perdent.

" Pour les cadeaux, on a assuré grave ! On a appelé Mamie et elle nous a dit ce que Maman aimait : du parfum avec des agrumes, un foulard bleu en soie et des chocolats noirs fourrés au praliné , s'exclama Théo.

- Et même qu'on a écrit une carte et que papa a vérifié pour les fautes" renchérit Damien.

"Il reste le repas, on a pris des recettes sur Marmiton, catégorie débutants mais franchement, plus je les relis, moins je les comprends ! " confia Philippe, le père.

   Didier mit trente secondes à se décider, soit il les laissait se débrouiller, ça leur ferait les pieds, soit il volait à leur secours pour les yeux pétillants de "Madame" Sophie. Il confia son étal à sa femme et pilota les trois énergumènes dans le marché. Un coup d'oeil sur les recettes imprimées et un sondage express sur les capacités du trio l'avaient incité à prévoir "simple" mais "savoureux" pour ce repas d'anniversaire. Premier achat : un panier en osier ! .Le maraîcher les guida ensuite d'étal en étal et le panier se remplit comme par magie de produits soigneusement choisis...

    Sophie entra dans la maison avec une certaine appréhension. Elle ne regrettait pas son coup d'éclat, elle craignait davantage que ses hommes ne la déçoivent encore. Une  délicieuse odeur de poulet lui donna cependant envie de se diriger vers la cuisine. Elle s'avança dans leur grande pièce de vie et s'arrêta, coupée net dans son élan par la surprise.

    Une magnifique table l'attendait : nappe bleu outremer et serviettes écru artistiquement déposées sur les assiettes, un minuscule bouquet rond au centre et des étoiles en canson disposées de manière à former son prénom. A bien y regarder, l'ensemble était assez maladroit mais les siens ne postulaient pas pour un concours dans "Art&Décoration ". Une belle voix mâle et deux en pleine mue entonnèrent un happy birthday enthousiaste. Elle fut émue aux larmes quand elle vit apparaître les jumeaux, en jean indigo et chemise en chambray, les cheveux peignés et les joues rouges de plaisir et de honte, suivi de près par leur père, ceint d'un grand tablier au logo prometteur "je débute mais je m'applique".

Théo et Damien la conduisirent à sa place et Philippe lui tendit le menu :

Salade de tomates anciennes et chèvre frais, vinaigrette au basilic

Poulet rôti et sa farandole de légumes

Charlotte à l'ananas et son coulis d'agrumes

"T'es contente, M'man ?" lui demanda Damien

- Tu vas pas rester à l'hôtel ?" rajouta Théo.

Philippe, lui, ne disait rien. Il la regardait. Oui, il la regardait vraiment, avec intensité. Elle avait le sentiment de nouveau pleinement existé.

" Mon sac est dans l'entrée. Quelqu'un se dévoue pour le porter jusqu'à la chambre ?"

Les jumeaux démarrèrent au quart de tour.