Source: Externe

 

 

Source: Externe

   Quand j'ai cherché des romans pour ce mois italien, je me suis souvenue de "Pietra viva", acheté à la foire aux livres d'Amnesty International en juillet 2014 et oublié depuis lors dans un coin de mon bureau. Je me rappelais juste l'avoir choisi parce qu'il parlait de Michelangelo, sculpteur de génie dont la Pieta à la Basilique Saint-Pierre de Rome et le David à Florence sont encore imprimées sur ma rétine, bien des années après les avoir contemplées.

   Un conseil, évitez la quatrième de couverture qui raconte in extenso le contenu du livre ! Fort heureusement, l'intérêt de celui-ci ne réside pas dans un résumé factuel mais plutôt dans un style particulier et une construction narrative originale.

   Michelangelo quitte précipitamment Rome au printemps 1505 pour fuir la douleur provoquée par le décès brutal d'un jeune moine, Andréa, dont la beauté le bouleversait. Il se réfugie à Carrare où il doit trouver les marbres nécessaires pour le tombeau commandé par le pape Jules II.

   Léonor de Récondo raconte en de très courts chapitres aux mots choisis les mois qu'il va passer dans ce village. Son quotidien est rythmé par ses journées à la carrière où il recherche la pierre la plus belle, la plus apte à favoriser son imagination féconde. Son oeil "absolu" lui permet de voir déjà dans un bloc de marbre les personnages qui vont en sortir.

   Animé par sa passion, il ne s'intéresse que peu à ses semblables et préfère la compagnie du livre de Pétrarque offert par Lorenzo de Médicis ou après quelques mois de "deuil", la lecture de la petite bible qu'Andréa lui a léguée. Il n'a comme véritables amis qu'un jeune homme à l'esprit "dérangé" qui se prend pour un cheval et, par un concours de circonstances malheureux, un garçonnet de six ans.

   Ces deux personnages sont déterminants, ils lui offrent par leurs mots ou leurs actions  des clés pour mieux se comprendre, s'accepter et expliciter sa relation au marbre et à la sculpture. Si "sa chair est faite de pierre vive",c'est peut-être un don pour faire renaître pour l'éternité les êtres aimés partis trop tôt.

Un beau roman dont chaque mot est juste...

 

Source: Externe

Source: Externe