Source: Externe

Ce texte est ma participation à l'atelier de Leiloona. Il s'inspire d'une photo de Romaric Cazaux.

 

   Chic, La nouvelle photo de l'atelier ! (Oui, je dis "chic", mes filles trouvent que ça fait vieux, je leur réponds que c'est VINTAGE). Je m'installe à mon bureau, chat sur son coussin d'un côté du PC, tasse de café de l'autre. Quelques minutes pour la regarder attentivement et pour que ma muse me dicte les mots... Rien ! Ce jeune homme concentré sur sa lecture ne m'inspire rien. (Les Muses seraient-elle en vacances ? Leur syndicat n'a pas, à ma connaissance,déposé de préavis de grève. Argh, serais-je atteinte du syndrome de la page blanche ?).

   Pas de panique, j'éteins l'ordinateur et vaque à d'autres occupations. Pendant que je parcours les rayons du supermarché, mon esprit continue à cogiter sur la photo. Je mets machinalement tout et n'importe quoi dans le caddie car je suis concentrée sur un début d'idée : " La photo est une image arrêtée d'un film, qui se déroule sur un campus universitaire. Le héros, au premier plan, n'a pas conscience du couple allongé dans l'herbe, deux figurants engagés pour une demi-journée." Non, c'est nul ! Aucune envie d'entraîner un étudiant lecteur dans de folles péripéties (Oui, je dis "folles péripéties", c'est vintage aussi !)

   En me brossant les dents, je pense encore à ce cliché qui me résiste. Le temps du brossage (trois minutes au sablier), une nouvelle ébauche d'histoire essaie de naître : " Le lecteur est tellement passionné par ses études d'astrophysique qu'il néglige complètement sa petite amie. La tête toujours plongée dans les revues scientifiques, il ne voit pas qu'elle se languit la pauvrette. Elle tente un ultime coup d'éclat, brancher le meilleur ami du lecteur et l'embrasser sous son nez pour l'obliger à réagir"
Non, c'est nul ! Sur la photo, le couple enlacé est derrière l'homme à la revue. A moins qu'il ait des yeux derrière la tête, il ne peut les surprendre et s'exclamer : "Oh my god ! What a treason !"

   En passant l'aspirateur, tâche au combien nécessaire quand la maison abrite chat et chien, je rumine ma déconvenue. Cette semaine, je n'arriverais pas à sortir un texte ( Je me sens comme les candidats de l'émission "Le meilleur pâtissier "quand c'est la débacle et qu'ils sont dans l'impossibilité de "sortir" un gâteau dans le temps imparti. Je vous révèle un scoop, le mercredi, Mister H. et moi regardons cette émission en mangeant du chocolat. Même pas honte !)." Et si la photo avait été prise par un ami du lecteur et que notre "astrophysicien" en herbe la découvrait par hasard sur l'ordi de celui-ci. Notre futur prix Nobel pense alors qu'il est en train de gâcher ses plus belles années pendant que d'autres se livrent à des expériences beaucoup plus "tactiles". C'est le dilemne dans son cerveau de surdoué : laisser parler ses hormones et zyeuter du côté des filles ou passer encore et toujours ses journées à la bibliothèque."
Non, c'est nul ! Je lâche l'affaire sans trop de regret. Une question va tout de même continuer à me tarauder jusqu'à lundi prochain. Mais que peut-il bien lire ? J'attends avec impatience de découvrir ce que les autres participants de l'atelier lui auront trouvé comme lecture. Moi, je continue dans mon "délire" sur l'astrophysique. Il a en mains la très pointue "Annual Review of Astronomy and Astrophysics". Tu m'étonnes qu'il soit concentré, un an qu'il attendait qu'elle sorte et que paraisse son article sur les détections de neutrinos ultra-énergétiques de IceCube, ce super détecteur de neutrinos enfoui dans la glace antarctique...