Source: Externe

Source: Externe

   Ce roman fait partie des très bonnes surprises dénichées à la médiathèque pour le mois kiltissime. Je me souviens qu'il m'avait tentée à sa sortie et puis était tombé dans les oubliettes de ma mémoire. 

   A Edimbourg, l'asile de Cauldstone ferme ses portes et il est urgent de retrouver les familles de tous les résidents pour les "évacuer". Une des plus anciennes pensionnaires, Euphémia Lennox, internée dans les années 1930, ne peut compter que sur la petite-fille de sa soeur pour l'héberger. Imaginez la surprise de celle-ci, Iris, une jeune trentenaire qui tient une boutique vintage, lorsqu'elle reçoit un courrier de l'asile lui notifiant ce fait. Elle n'a jamais entendu parler de cette femme, persuadée que Kitty, sa grand-mère était fille unique. Ce courrier va faire remonter à la surface des pans entiers du passé familial, des secrets honteux soigneusement cachés, une injustice monstrueuse commise par les siens, réunis en "une association de malfaiteurs."

   Trois voix se font entendre dans ce roman. La première, infiniment touchante est celle d'Euphémia que tout le monde appelait Esmé. Enfermée depuis des dizaines d'années, elle a appris à se rendre invisible pour ne pas contrarier les surveillantes irascibles. Son monde est surtout intérieur, nourri des souvenirs d'Inde où elle a passé son enfance. Sa vie s'est arrêtée à seize ans quand la décision a été prise de la faire enfermer. Au fil des pages, le lecteur reconstitue son histoire, celle d'une jeune fille anti-conformiste, confrontée trop tôt à la mort tragique de son petit frère et à la brutalité du désir masculin. Elle n'est pas malade, elle fait seulement tache dans cette famille de la haute bourgeoisie, soucieuse avant tout de sa réputation. Et une tache, ça s'efface ! Son père, à l'aide d'un médecin complaisant, la fait disparaitre aux yeux du monde. Esmé va enfin retrouver la liberté qu'on lui a volée. Que va-t-il advenir de cette femme restée enfant, qui a soif de vengeance ?

   La deuxième voix, c'est celle de Kathleen, dite Kitty, la soeur aînée d'Esmé. Elle séjourne dans un établissement spécialisé, atteinte par la maladie d'Alzheimer. La plus grande confusion règne dans son esprit et le présent lui échappe complètement. Le passé, lui, continue de la poursuivre. On comprend qu'elle a aimé, protégé cette petite soeur, si peu semblable à elle. Kitty est la jeune fille idéale, "conditionnée" pour faire un beau mariage et avoir de nombreux enfants. Tout se complique entre les deux soeurs lorsqu'elles quittent la chaleur de l'Inde pour le froid et l'humidité de l'Ecosse. Elles doivent se conformer à l'étiquette et si Kitty le fait sans regimber, pour Esmé, c'est une autre histoire. L'aînée en vient à nourrir du ressentiment envers la cadette qui ne respecte pas les règles mais attire pourtant l'attention des garçons. Elle lui fait de l'ombre et quand le médecin lui demande son avis sur la santé mentale d'Esmé, les mots qui vont servir à enfermer celle-ci sortent tout seuls de sa bouche. Par bribes, la vérité apparaît. Kitty a volé à Esmé bien plus que sa liberté...

    La troisième voix, plus contemporaine, est celle d'Iris, une jeune femme qui peine à trouver le bonheur. Il lui faudrait pour pouvoir être heureuse briser certains "taboux" et son éducation la bride. Elle va accueillir Esmé quelques jours, en attendant qu'une place en maison de retraite se libère. Elle ne sait pas comment se comporter avec cette dame âgée que le monde moderne surprend et émerveille. Alex, qu'elle considère comme son frère, est présent à ses côtés pour "canaliser" d'éventuels débordements de sa grand-tante. Esmé, tenue si longtemps à l'écart de la société, ne se soucie absolument pas du "qu'en dira-t-on" et montre, en quelque sorte, à Iris, que le bonheur est possible.

   La narration peut surprendre, elle mêle les trois voix, sans réelle transition. Le passé, le présent se superposent, l'histoire se construit par petites touches. Pour peu qu'on accepte de se laisser porter par ces voix, elles nous entraînent dans un univers où les femmes de la famille Lennox apparaissent dans toute leur vérité. Soixante et un an, cinq mois et six jours après son internement, Esmé retrouve Kitty...

Un roman coup de coeur !