Source: Externe

Source: Externe

 

   Mister H et moi sommes des fans de la première heure de Peter May. Nous avons dévoré la série chinoise et la trilogie écossaise ( Mention spéciale pour "l'île des chasseurs d'oiseaux" !). Quel plaisir pour nous de découvrir une nouvelle série. Tels des rapaces fondant sur leur proie, nous nous sommes jetés sur le premier tome de celle-ci : "Le mort aux quatre tombeaux". Après lecture, nous osions à peine nous avouer que ce roman nous avait laissé sur notre faim. Le héros, Enzo MacLeod, est un cinquantenaire encore fort séduisant. Ses cheveux longs, bruns avec une mèche blanche et ses yeux vairons semblent attirer irrésistiblement la gente féminine. Cet italo-écossais, ancien médecin légiste, à présent professeur de biologie à l'université, entreprend, à la suite d'un pari, lors d'une soirée bien alcoolisée (L'homme a le gosier en pente !), de résoudre les sept affaires criminelles non élucidées, présentées dans le livre d'un journaliste Roger Raffin. Il compte sur les avancées de la police scientifique et ses petites cellules grises pour y parvenir. La première enquête ressemble à une chasse au trésor. Il doit solutionner de nombreuses énigmes pour élucider le mystère de la disparition de Jacques Gaillard, un ancien ministre. Le lecteur découvre Enzo MacLeod et ses proches, ses deux filles, ainsi que Nicole, une de ses étudiantes au charme "rustique" qui va s'avérer une "geek" providentielle. Les énigmes, tarabiscotées, les recherches, trop souvent faites sur le Net, les séances de brainstorming qui permettent de résoudre en un temps record les casse-têtes proposés par les assassins du ministre ne nous ont pas vraiment conquis.

   "Terreur dans les vignes" (qui ne brille pas par l'originalité de son titre) est un bien meilleur cru. Normal me direz-vous, l'histoire se déroule dans le milieu du vin.Enzo MacLeod se déplace à Gaillac pour retrouver la trace de Gil Petty, un critique américain, disparu une année entière et réapparu, exposé de manière macabre, confit dans le vin. Notre enquêteur "amateur" s'attaque à une autre affaire du livre de Roger Raffin. Pour notre amateur d'alcools, c'est l'occasion de mêler enquêtes et dégustations ! Cette fois-ci, pas de casse-tête à résoudre mais la découverte pour le lecteur d'une région et du monde des viticulteurs et des oenologues. L'ensemble est plaisant, Enzo MacLeod est rejoint sur place par sa fille Sophie et son ami Bertrand et par Nicole, qui compte sur ce nouveau mystère pour s'occuper l'esprit et tenir un peu éloignée d'elle l'image de sa mère qui vit ses derniers jours. La fine équipe picole, s'engueule, adopte un chiot et avance dans l'enquête. Deux très belles femmes se disputent le coeur de MacLeod qui trouve la dégustation des grands crus plus facile que les histoires amoureuses. Ancrée dans un terroir, l'intrigue est plaisante et me réconcilie avec cette nouvelle série.