Source: Externe

   J'attendais avec beaucoup d'impatience la sortie en poche de ce roman. J'avais lu des articles assez enthousiastes  ( chez Cuné et Clara) et la perspective de me plonger dans ce pavé me réjouissait. Mais la magie n'a pas vraiment opéré. J'ai bien aimé l'histoire mais je me suis forcée à terminer les 740 pages, victime du classique "les yeux plus gros que le ventre".

   1974, colonie de vacances de Spirit-in-the-Woods qui accueille chaque été de jeunes talents. Julie Jacobson,14 ans ,se retrouve presque par hasard au sein de cette pépinière de rejetons de bonne famille qui s'épanouissent dans la danse, le chant, l'animation ou la comédie.L'un de ses professeurs l'y a inscrite pour la distraire un peu de son chagrin après le décès  de son père. Immédiatement, elle se sent tiraillée entre l'envie d'appartenir à ce cercle et le sentiment de n'être pas taillée pour le rôle : pas assez riche, pas assez belle, pas assez douée. Sans trop savoir pourquoi, elle va pourtant être acceptée comme membre des "Intéressants", le groupe d'adolescents qui" donne le la" dans le camp. Composé de Goodman et de sa soeur Ash, nés avec une cuillère d'argent dans la bouche, de Ethan qui compense sa laideur par son génie pour l'animation, de Jonah, fils unique d'une chanteuse folk célèbre et de Cathy, future danseuse étoile si ses formes ne s'épanouissent pas trop, le groupe s'est choisi ce nom qui se veut ironique mais montre tout de même qu'ils se sentent au dessus du" vulgus pecus". Quel va être le rôle de Julie, rebaptisé Jules, dans ce cénacle ? Je pense qu'elle devient l'hagiographe des "Intéressants", celle qui va consigner leur histoire de l'adolescence à l'âge mûr.

   Meg Wolitzer a créé des personnages originaux, a dessiné pour chacun d'eux des trajectoires crédibles sur une période qui va des années 1970 à nos jours. Je pourrais aligner encore de nombreux arguments en faveur de ce roman. Ils ne le transformeront pas pour autant en coup de coeur. C'est bête mais il m'a manqué quelque chose d'essentiel. Je ne suis parvenue à aimer aucun membre des Intéressants. La narratrice, Jules, a même fini par terriblement m'agacer. 

           Sur un thème assez voisin, j'ai préféré et de loin La nuit des lucioles de Julia Glass.