Source: Externe

Source: Externe

   Mister H. est tombé en arrêt devant cette BD dans une librairie. Il s'est dit : "Bon sang mais c'est bien sûr, elle est faite pour mon Albertine !" et il me l'a offerte. Il connaît mon affection pour les gens ordinaires, pour les personnages "ronchonchons", les bougons au coeur tendre. La couverture nous montre Gabriel, 74 ans, boucher à la retraite, pas plus motivé que cela par l'arrivée de Qinaya, une petite orpheline péruvienne de 4 ans, adopté par son fils et sa belle-fille. Le regard perplexe qu'il pose sur l'enfant montre qu'il n'est pas prêt à faire de la place à celle-ci. Sa tendre complicité avec son épouse, que les années n'ont pas émoussée, et ses séances de remise en forme avec ses deux vieux copains suffisent à son bonheur. Pour quoi s'embarrasser avec une "pièce rapportée" ? Pour vous donner le ton, sa femme le sermonne en lui disant que "désormais, elle fait partie de (sa)vie". Ce à quoi il répond "Comme mon arthrose, tu veux dire ?".

   Bien évidemment, le lecteur se doute que le bougon va fondre devant le petit bout. Le thème est connu, voire rebattu. Et pourtant, cette bande dessinée m'a enthousiasmée. Le scénario de Zidrou nous offre de nombreuses variations sur ce thème, des variations pleines d'authenticité, de simplicité et d'humour. Elles évoquent avec une incroyable justesse ces moments "magiques" que des grands-parents peuvent vivre avec leurs petits-enfants. Les dessins et les couleurs d'Arno Monin sont un régal pour l'oeil. Cet album nous transporte en été, on peut presque sentir les rayons du soleil sur notre peau et la fraîcheur de l'eau dans la piscine en plastique que Gabriel a péniblement gonflée. 

   La relation qui s'établit entre Qinaya et  son "achachi", son grand-père en langue aymara est au centre de ce tome 1. J'ai aussi été particulièrement émue par le couple formé par Gabriel et Maryse. Les corps sont usés mais le coup de crayon d'Arno les rend beaux. Les deux vieux amoureux ne se contentent pas de seulement partagés le quotidien. Ils le savourent à deux, unis par une complicité faite de chamailleries, de taquineries et d'une tendresse infinie.

   Un album solaire