Source: Externe

Ce texte est ma participation à l'atelier de Leiloona. Il s'inspire une nouvelle fois d'une photo de... Leiloona.

 

   J'appareille, je taille la route, je m'envole, je m'échappe....

   Des bagages ? J'ai décidé de voyager léger, de ne pas m'encombrer .

   Il y a une valise, bourrée à craquer de mots couteaux, que je vais laisser derrière moi. Je me suis assise dessus pour la fermer, pour clouer le bec aux paroles assassines,  éclairs de rage, éruptions sauvages

Les mots blessants, méprisants, suffisants, bêtes et méchants, les paroles doucereuses, dangereuses, le fiel sous le miel.

   J'emporterai celle dont la forme est douce, arrondie. Son cuir est tendre, un peu craquelé. Elle contient, enveloppés dans du papier de soie, des mots comme des joyaux, des mots, traits de plume, fil d'écume.

 Les mots caressants, apaisants, gourmands et gouleyants, les paroles velours, amour toujours, après la nuit vient le jour.

   J'embarque, je me carapate, je file... je me sauve !

                                                              Je suis passée du plomb à l'or. Merci à C.