Source: Externe

   Le deuxième roman en lice pour le Prix du Meilleur Polar des lecteurs de Points a pour cadre la Nouvelle-Orléans, dévastée après l'ouragan Katrina. Presque deux ans ont passé et la ville porte toujours les stigmates de la fureur des éléments. Maisons ébranlées ou réduites à un tas de planches et de gravats, coupures d'électricité, institutions désemparées. La détective, Claire Dewitt, accepte une enquête dans cette ville où elle pensait ne plus jamais remettre les pieds. Elle intervient à la demande du neveu d'un célèbre procureur, Vic Willings. Ce dernier s'est volatilisé pendant les jours qui ont suivi le passage de l'ouragan et son parent et unique héritier aimerait connaître les circonstances de cette mystérieuse disparition. 

   Sara Gran campe une enquêtrice, dont la "Bible" est le livre Détection de Silette, un détective français. Régulièrement, elle consulte le "maître" et le récit est émaillé de passages du livre, assez abscons, la plupart du temps. Pour retrouver la trace du procureur, Claire Dewitt est à la recherche "d'indices" et ses nombreux rêves, sous substances diverses, la mettent sur la bonne voie. Rajoutez de temps à autres, un tirage de cinq pièces de Yi-jing et vous aurez une petite idée de la manière peu académique qu'à la jeune femme d'envisager son métier, ou plutôt sa vocation.

  Disons-le tout net, d'ordinaire, je ne suis pas adepte de ce type de personnage "borderline". J'ai pourtant bien aimé cette Claire, barrée certes mais loin d'être bête. Son enquête l'amène à côtoyer de jeunes adultes, pour certains encore des enfants, qui n'ont comme famille que le gang de leur quartier. Elle a a sans doute plus d'accointances avec cette jeunesse sans repère qu'avec le milieu très chic où évoluait le disparu. Son retour à la Nouvelle-Orléans ravive aussi la douleur de la perte de Constance, la femme qui lui a "enseigné" le boulot de privé, façon Silette. Claire a quitté la ville après l'assassinat de celle-ci et cette enquête l'oblige à se retourner sur son passé, à renouer avec le fantôme de Constance, la femme qui lui a tout appris sur sa ville, ses rites et ses rythmes.

   Suivant ses méthodes contraires à "l'orthodoxie", Claire finira pas éclaircir le mystère, aidée par de petits perroquets verts...

   Un polar dépaysant