15 juin 2016

Embarquement pour le RER...

   Anne Collongues a écrit un roman à lire comme on écouterait une chorale. Les voix des personnages s'élèvent, parfois en solo, parfois intimement mêlées avec une grande virtuosité. Tantôt forte, tantôt mezzo-voce, les voix des septs passagers nous donnent à entendre une chanson souvent poignante dans ce RER quittant Paris, la nuit, pour une lointaine banlieue.    La première a monté dans la rame est Marie, une très jeune femme aux joues encore rondes de l'enfance. Elle s'est précipitée dans ce train comme si... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

13 juin 2016

Atelier n°52

  Ce texte est ma participation à l'atelier de Leiloona. Il s'inspire une nouvelle fois d'une photo de... Leiloona.      J'appareille, je taille la route, je m'envole, je m'échappe....   Des bagages ? J'ai décidé de voyager léger, de ne pas m'encombrer .    Il y a une valise, bourrée à craquer de mots couteaux, que je vais laisser derrière moi. Je me suis assise dessus pour la fermer, pour clouer le bec aux paroles assassines,  éclairs de rage, éruptions sauvagesLes mots blessants,... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags :
10 juin 2016

Derrière l'écrivain, le juge...

   Le début d'Ahlam m'a laissée dubitative. Un jeune prodige français de la peinture, Paul, s'installe aux Kerkennah en Tunisie. Il vient pour y chercher l'oubli après une rupture amoureuse et retrouver l'inspiration qui a disparu en même temps que la femme aimée.Nous sommes en 2000 et le pays, sous la férule de Ben Ali, est le paradis des touristes, pas celui des autochtones. Il se lie d'amitié avec un pêcheur Farhat et son épouse Nora. Il devient "l'ami" de la famille, prenant sous son aile Issam et Alham, les enfants... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
08 juin 2016

Le sombre qui sommeille...

   Jacques Richard a choisi de sonder, d'interroger le sombre qui sommeille en chacun de nous    142 pages, cinq carnets, c'est peu et pourtant suffisant pour évoquer une vie que l'on s'interdit de vivre. Le narrateur est le fils d'un Waffen-SS, le fils de quelqu'un qui a choisi d'infliger la souffrance, de donner la mort et puis après guerre ,de fonder une famille.Insupportable hiatus. Un donneur de mort peut-il donner la vie ? Ne risque-t-il pas de transmettre à son descendant le goût du sang ? Pense-t-il... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
06 juin 2016

Et à la fin de l'envoi, je touche...

   Ne vous fiez pas au titre "Le Club du tricot" qui semble nous offrir comme horizon d'attente des mamies et de jeunes mamans préparant amoureusement layette, pull, châles et autres chaussettes au point de mousse ou de jersey. Maria Reimondez campe des personnages bien plus haut en couleur qui se trouvent réunis par une envie commune de tricoter, mais dont les parcours de vie sont très différents. Que peuvent avoir en commun Elvira, vieille grenouille de bénitier et Luz, prostituée de quarante ans à l'âme et au corps... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 juin 2016

Le fil rouge de la broderie...

   Ce roman est découpé en trois "livres" dont les titres sont des prénoms Magdalena, Libuse et Eva. Magdalena est la mère de Libuse et Libuse est la mère d'Eva. Leur "lignée" de femmes se transmet l'art de la broderie et le fait d'être de père inconnu. Ce sont des "bâtardes" et ce mot les poursuit, leur offrant une certaine liberté, les exposant aussi au mépris, aux railleries, à la mise à l'écart par une société tchèque qui déteste celles qui ont fait un pas de côté.    Avant même de parler de ces trois... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :