Source: Externe

  Le dernier roman de Jonathan Coe est à l'image de la couverture, énigmatique et "disparate" (du moins en apparence). L'auteur nous invite à la lecture de "Quelques contes sur la folie des temps" . Ces contes sont au nombre de cinq et nous amènent dans des lieux et des temps différents. Deux petites filles Rachel et Allison, qui vont devenir de jeunes femmes, nous guident à travers ces histoires où elles apparaissent parfois au premier plan, parfois au second, voire à l'arrière-plan. Un autre personnage,  plus mystérieux, est présent tout au long de la narration. Il s'agit d'une araignée, prenant des formes diverses, qui tisse sa toile et relie les lieux, les époques et les personnages. Cette créature fantastique étonne mais ne détonne pas dans ce récit par ailleurs assez réaliste.  La construction est habile, ambitieuse et exige du lecteur une certaine concentration.

  Au delà de la trame, parfois déroutante, j'ai retrouvé ce que j'aime chez Jonathan Coe. Il analyse toujours avec la même causticité la société anglaise et ses travers. Il dénonce la dérive de certains médias, les caprices insensés des millionnaires, les "grandes" familles où conservatisme rime avec népotisme et racisme. Il "dézingue" certains de ses personnages mais nous décrit aussi avec beaucoup de tendresse les laissés pour compte d'un monde à plusieurs vitesses.

                                                                 Ce livre, roman-univers, m'a séduite !