Source: Externe

 

  " Fruitinette" de Marie Vareille


   Je précise d'emblée que mon article n'est pas sponsorisé par Lutti et que le vile rumeur, selon laquelle, ils m'ont promis mon poids en bonbons n'est que pure calomnie. Je viens de terminer le roman de Marie Vareille et je n'hésite pas à le comparer à une fruitinette de chez Lutti. Je suis certaine que vous connaissez ce bonbon aux fruits.Son enrobage sucré cache un coeur mou aux saveurs nettement plus acidulées. De la même manière, "Là où tu iras, j'irai" est une comédie qui file bon train mais aborde aussi des thèmes comme le mal-être adolescent ou l'éclatement des familles après un deuil.
 

   Isabelle, trente-deux ans, est caissière au Mac-Do en attendant de décrocher le rôle qui la révèlera au grand public. A 16 ans, un film l'a mise dans la lumière et depuis elle court après un succès qui, comme le bonheur de Christophe Maé, est difficile à (re)trouver.En couple avec Quentin, modèle d'équilibre et de patience, elle continue à ne pas reboucher les tubes de dentifrice, à faire les fêtes et surtout à ne pas se préoccuper du lendemain. Ils partagent la même couette depuis quelques années sans que rien ne les lie, si ce n'est le plaisir d'être ensemble. Seulement voilà, Quentin l'invite au restaurant et dégaine un écrin en velours bleu marine. Panique à bord ! Isabelle, qui vient tout juste d'adopter Woody Allen, un chihuahua au "physique ingrat" ne se sent pas prête pour une existence rangée : mariage, maison et "lardons".

   C'est à ce tournant de son existence que surgit Adriana, une ado en pleine révolte contre sa famille. Elle est la fille du célèbre réalisateur,Jan Kozlowski , celui-là même qui a refusé, 15 ans auparavant, à Isabelle le film susceptible de lancer sa carrière. Adriana lui propose un projet "machiavélique" : remplacer leur nounou pendant les vacances d'été et en profiter pour séduire leur père, prêt à se fiancer avec une certaine Colombe. La jeune fille semble refuser que quiconque prenne la place de sa mère, dont le suicide a brisé leur famille. Sa soeur Zoé est devenue une "geek" rondouillarde et son frère Nicolas s'est muré dans le silence. Isabelle ressemble beaucoup à sa mère décédée, son père ne pourra que se laisser charmer.

   Notre héroïne accepte ce "deal" moralement douteux pour renflouer son compte en banque dans la zone rouge et se venger du réalisateur. Direction l'Italie, plus précisément Milan, où l'attendent bien évidemment de nombreuses surprises. 

   Le roman de Marie Vareille compte ce qu'il faut de copains "à la vie, à la mort", de Spritz au bord de la piscine, de Vespa orange et de jolie robe rouge. Il nous parle aussi, au détour d'une phrase ou d'un paragraphe, de résilience et d'acceptation de l'autre avec ses blessures et ses différences.

                                                                 Là où tu iras, j'irai, Marie Vareille, Editions Mazarine

Lu en numérique via Netgalley