Source: Externe

   Ce livre est un petit bijou dans un très bel écrin. Avant de vous parler de l'histoire, j'ai envie de m'attarder sur la couverture et la quatrième de couverture. Les deux personnages principaux y apparaissent sous le crayon de Maureen Poignonec. Le trait est moderne tout en gardant la tendresse et la rondeur de l'enfance. Les couleurs délicates, posées sur un blanc pur, le titre avec ses rayons de soleil et sa goutte d'eau donnent envie de rentrer dans l'univers de Viviane et Arthur, tous deux élèves de CM2. La quatrième de couverture nous en livre un peu plus sur leur famille respective. En quelques mots, en quelques traits, le décor est planté. Sophie Adriansen nous a concocté un série sur une famille d'aujourd'hui, qui tente le pari d'allier la blancheur des "métros" au caramel des Antilles.

   En cette rentrée de septembre, Arthur Pichet est serein. Il entend profiter de sa dernière année à l'école primaire avant la Sixième et les tracas de la pré-adolescence. Tout est quasi à l'identique : Tisane, le lapin de la classe, tient la forme, lui-même, élève le plus cool depuis le CP, pense que son rallye mathématique va encore une fois soulever d'enthousiasme son fan-club. Rien ne devrait bouleverser l'ordre des choses. Et c'est parfait pour notre garçonnet, qui ressemble déjà dans sa tête à un pépère en chaussons. La vie, par nature imprévisible, lui réserve une surprise de taille : l'arrivée d'une nouvelle. Et quelle nouvelle ! Viviane est un concentré de couleurs et de bonne humeur. Pour son premier jour d'école, elle arbore une robe couverte d'ananas jaunes et orange, des perroquets aux oreilles et 24 couettes attachées avec des élastiques colorés. Arthur frise le collapsus, tant d'exotisme lui paraît de mauvais goût. Le reste de la classe n'a pas l'air de son avis, bien content de cette "bouffée" d'ailleurs qui les entraîne vers une région de France à des milliers de kilomètres de leur ville. 

   L'auteure donne tour à tour la parole à Arthur et à Viviane. Dès le début du roman, ils se disputent pour le leadership de la classe. Viviane veut "chatouiller" ces métros frileux, se faire sa place dans la classe (et tant qu'à faire voler la première place à ce garçon qui n'a de cool que le titre). La guerre est vraiment déclarée quand elle réussit à imposer son idée de "journal des métiers"comme projet phare de l'année. Exit le rallye mathématique, les enfants réaliseront des interview de parents sur leurs activités professionnelles. C'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase, l'affrontement feutré va tourner à la bataille rangée. Et Arthur et Viviane ne peuvent attendre aucun secours de leur parent respectif. La mère du premier semble trouver à son goût le père de la deuxième. Hors de question que leur "adulte" solo se retrouve une moitié d'orange...

   L'histoire semble couler de source, évoquant les problèmes des familles qui se recomposent avec simplicité et naturel. Les illustrations épousent le récit et nous offrent des moments suspendus, arrêté par la douceur et l'humour qui se dégagent du dessin. Vivement le tome 2 de cette saga qui nous montre que le soleil et la glace peuvent être complémentaires. Quart de frère quart de soeur est une vraie réussite !

Un GRAND merci aux éditions Slalom (et à l'opération Masse critique de Babélio)

Psst : Leur site est très sympathique et le catalogue offre plein d'autres petits bijoux