Source: Externe

Ce livre de Nathalie Rykiel me sort très nettement de ma zone de confort. D'ordinaire, je fuis comme la peste les témoignages, en particulier ceux qui évoquent les relations au sein des familles. Je considère, peut-être à tort, qu'il n'y a pas là matière à littérature. Plus simplement, ils me mettent mal à l'aise, surtout quand certaines personnes évoquées ne sont plus en état de répliquer.

Ici, Sonia Rykiel n'est plus en mesure de répondre à sa fille, elle vient de décéder. Cette P de P (Putain de Parkinson) a eu raison de sa silhouette altière et de sa flamboyante crinière. Nathalie écrit pour continuer à faire exister encore un peu cette mère adorée, pour poursuivre le fil de la conversation qui n'avait jamais été coupé entre elles deux.

On sent à travers les pages une urgence. Noter noir sur blanc tous les souvenirs de Sonia pour ne pas en perdre en miette. Griffonner des mots velours ou urticants, des mots destinés à celle qui fut sa mère et que la maladie transforma en son enfant. La photo illustre à merveille leur relation, je dirais même leur fusion. Elles étaient la "cream team", une sorte de couple étonnant où la créatrice jouait le rôle de la dominante. Nathalie Rikyel évoque avec justesse la question d'exister au côté d'une femme devenue icone, d'un génie fantasque et souvent tyrannique, d'une mère que l'on déteste parfois mais qui vous rattrape toujours par le bout du coeur.

Etre la fille de Sonia Rykiel, celle qui a inventé un style encore plus qu'une marque ne permet pas une existence en dehors du monde de la création. De simple mannequin à directrice de la maison de couture, Nathalie aide, épaule, se fait voler ses idées, puis se voit contrainte d'écarter sa mère, trop affaiblie par la maladie, des défilés. Bien malgré elle, mais certaines victimes sont consentantes, elle ne quittera jamais l'orbite de sa mère. Elle tentera bien de s'éloigner. Inexorablement, elle reviendra près de Sonia jusqu'à habiter l'appartement en dessous du sien.

De sa mère, Nathalie raconte les heures de gloire, la démesure, l'excès et aussi l'incroyable talent.De sa mère, Nathalie raconte  la maladie, la souffrance et la déchéance. Ensemble, elles auront tout vécu, le plus beau et le plus sordide. Ce livre est un moyen de lui parler encore, avant de la laisser rejoindre les morts.

Une lecture en apnée

Lu en numérique via netgalley