Source: Externe

Ce texte est ma participation à l'atelier de Leiloona. Il s'inspire de cette photo de fonds marins.

Je vous répète les cinq consignes magiques une dernière fois ! Un, je dis bonjour en entrant, sans prendre une voix de nouille Deux, je ne cours pas. Trois, je ne bouscule personne. Quatre, je ne fais pas le clown. Cinq, je lève la main pour demander la parole, et j'attends qu'on me la donne.

Marie-Amélie regarde son troupeau de CE1 et se dit que la partie n'est pas gagnée. Cette sortie pédagogique n'est peut-être pas l'idée du siècle. Sur le dépliant reçu à l'école, l'exposition Plouf semblait ludique et accessible aux élèves. Mais, là, pile au moment de franchir la porte vitrée, et de laisser sa classe pénétrer dans l'espace immaculé du centre culturel, elle a les foies.

T'inquiète pas, Marie-Amélie ! On va être sages, lui dit Martin, qui doit sentir son hésitation.

En même temps, il n'a sans doute pas beaucoup de mérite, elle sautille sur place comme si elle avait besoin de faire pipi. Ses collègues plus âgés lui ont souhaité bon courage et Francine, la doyenne de l'équipe, 35 ans de métier, en charge des CM2, a même rajouté : "C'est beau d'être jeune et d'y croire encore !" A l'école primaire Jean Moulin, le mot SORTIE a été rayé du vocabulaire des enseignants.

C'est quand qu'on y va ? lui demande Nolwenn, se faisant la porte-parole de la classe.

Marie-Amélie ouvre la porte et ses élèves entrent deux par deux dans la première salle. Un jeune homme les attend et il répond aux "Bonjour" joyeux, claironnants ou alors presque inaudibles des enfants. Ouf, se dit la maîtresse, aucune voix de nouille ! C'est toujours ça de pris.

Bienvenue les enfants ! Je vois que votre maîtresse n'a pas eu peur de vous faire plonger dans le grand bain. Avant de découvrir les photos des fonds marins et les différentes animations, vous allez devoir mettre les brassards de piscine se trouvant dans la nasse sur votre gauche. Ce serait dommage que l'un d'entre vous périsse, emporté par une lame de fond.On fait deux files, moussaillons ! Votre maîtresse et moi allons distribuer les brassards.

Elle n'en croit pas ses oreilles.L'animateur a compris qu'il a devant lui un banc de bébés sardines, pas très disciplinés et il gère. Pour le moment, tout se passe bien. Même pas besoin de recourir à la respiration ventrale. Oh, non ! Arthur lève le doigt. Quelle bêtise va-t-il encore inventer pour faire rire la galerie ? Et le jeune homme lui donne la parole.

Tu sais, Monsieur, on dit plus maîtresse, on dit Marie-Amélie, lance le garçonnet en adressant un clin d'oeil à l'animateur.

Elle aurait voulu disparaître sous terre. Francine avait raison, les sorties, c'est l'Enfer sur Terre.

D'accord, j'ai bien retenu la leçon,lui répond le guide. Toi, qui n'as pas l'air d'avoir froid aux yeux, tu vas me servir de cobaye pour notre première animation. Tout le monde voit la grande photo derrière moi. Elle va nous permettre de quitter le plancher des vaches et de plonger dans les profondeurs marines; Mais, et oui, il y a un mais, il faut pour que cet univers merveilleux s'ouvre à vous qu'un garçon courageux livre un rude combat.

A ces mots, Arthur se rengorge.

Votre héros, ici à mes côtés, va devoir se déguiser en étoile de mer et combattre l'anémone, qui ressemble à une fleur, mais possède de redoutables tentacules.

Marie-Amélie se surprend à sourire devant la mine déconfite du meneur de la classe. Elle éclate même de rire quand l'animateur sort d'une malle de pirate le déguisement de l'étoile de mer. Lui-même se glisse dans celui de l'anémone et avant d'attaquer Arthur, plante ses yeux plein d'humour dans ceux de la jolie Marie-Amélie.