Source: Externe

Ce texte est ma participation à l'atelier de Leiloona. Il s'inspire d'une photo d' Emma Jane Browne.

La serre semblait elle aussi attendre le retour d'Eléonore. Il n'avait fallu que quelques mois pour que le lieu semble presque à l'abandon. Chaque matin, après avoir promené leur épagneul, il s'arrêtait dans le fond du jardin et ouvrait en grand la porte de la serre. Si sa femme revenait, il ne voulait pas qu'elle trouve son refuge cadenassé. Lui parvenaient alors des efluves lourds d'humus et d'eau croupie ainsi que le parfum léger, mais présent des jacinthes en fleurs. 

Un soir, en revenant du travail, il avait trouvé une lettre sur la table de la cuisine, la lettre qu'il redoutait tant.

" Ici, je m'éteins chaque jour un peu plus. Je te suis reconnaissante d'avoir tenté de m'ancrer. Paul, je suis un être de fuite, qui n'existe qu'en mouvements. Merci  pour la merveilleuse escale que tu m'as offerte. Je t'embrasse.
                                                                                                                                                                              Eléonore "

Son esprit avait compris le message, son coeur n'avait pu s'y résoudre. Demain, il allait redonner à la serre tout son éclat.  Briquer les vitres pour que la lumière entre à flots, écumer les jardineries pour dénicher les plantes les plus odorantes et les plus colorées, transformer la serre en un appeau, un appel, un espoir.