Source: Externe

Le titre, un vers du poète Guillaume Apollinaire, connaît actuellement un grand succès. J'ai déjà un pendentif et un mug sur lesquels sont écrits ces mots exhortant au changement et à l'optimisme. Il ne manquait plus qu'un livre à ma collection, c'est chose faite avec ce roman de Virginie Grimaldi. La couverture est déjà tout un programme : un camping-car "pimpé" en paillettes dorées, un ciel étoilé et des personnages que l'on sent unis au sein d'une nature accueillante. Après les quelques premières pages où mon esprit critique s'est empressé de repérer un certain nombre de ficelles et de facilités de langage, je me suis laissée embarquer par ce récit, dévoré en une journée.

L'histoire est inscrite dans l'air du temps. Anna, la trentaine, séparée depuis sept ans de son conjoint, galère pour gagner sa vie. Son emploi de serveuse ne lui laisse que peu de temps pour s'occuper de ses deux filles, Chloé,17 ans et Lily, 12 ans. Les fins de mois sont difficiles et les visites de l'huissier, Monsieur Renard sont de plus en plus fréquentes et de moins en moins sympathiques. Quand son employeur lui annonce qu'il souhaite la remplacer, elle négocie son départ. Elle ne fera pas de vagues s'il lui donne l'argent nécessaire pour rembourser ce qu'elle doit à la Cefidts ( Toute ressemblance avec une société de crédit peu scrupuleuse n'est pas totalement fortuite). Une fois l'argent en poche, Anna, sur les conseils de sa grand-mère adorée, ne va pas utiliser cette somme pour apurer sa dette, mais pour se lancer dans un road-trip en camping car avec ses deux filles. Direction le grand Nord et ses auréoles boréales. Ce voyage est le moyen de renouer le lien avec ses filles, de redonner un sens à son existence, loin de la seule obligation de gagner sa vie.

Les voilà en route, Chloé commentant sur son blog et Lily sur son journal intime les moments forts de leur voyage. Très  rapidement, le trio rejoint un groupe de camping-caristes qui se donne rendez-vous tous les soirs à un endroit précis. Le groupe est constitué d'un couple de jeune mariés, de deux vieux messieurs ayant récemment perdu leur épouse, d'une famille de "bobos" voulant se réconnecter à la nature et d'un leader, Julien, qui voyage avec Noé, son fils adolescent souffrant d'autisme. Les paysages défilent, la Scandinavie que nous propose l'auteure tient beaucoup du guide du Routard. Peu importe, plus que les descriptions de lieux enchanteurs les découvertes extraordinaires comme celles des baleines, l'intérêt du roman tient aux personnages. Ils sont beaucoup moins stéréotypés que ce que je craignais. La cohabition à trois , en journée,ne se déroule pas sans difficulté et les soirées au camp ne sont pas toujours non plus de tout repos. 

Au fil des semaines pourtant, les liens se tissent et les langues se délient. Virginie Grimaldi évoque avec justesse le désarroi d'Anna qui voit ses filles grandir et lui échapper. Elle trouve aussi les mots pour décrire les tourments de l'adolescence, le maelstrom d'émotions qui submerge souvent Chloé. Le personnage que je trouve le plus réussi (même s'il n'est pas le plus vraisemblable) c'est Lily. Ce petit bout de femme, qui utilise à l'envi des expressions et des proverbes très approximatifs ( certains m'ont valu de mémorables fous-rires) porte un regard à la fois très enfantin et très pertinent sur les adultes qui l'entourent. 

Ce livre m'a permis d'ouvrir une parenthèse dans mon quotidien. J'ai beaucoup aimé ce voyage en terres glacées et ses nombreuses péripéties. Le ton est celui de la comédie, mais l'auteure aborde cependant des sujets comme la maternité, le couple, les violences ou la vieillesse. L'émotion est bien présente,mêlée aux rires. 

Un joli moment de lecture

Lu en numérique via Netgalley