Source: Externe

Brice Homs nous entraîne dans un road trip hivernal, intimiste, où le personnage principal Russel Fontenot, quitte Washington et une réunion de travail pour rejoindre Charlottesville et Jennie, sa campagne, sur le point d'accoucher. Les kilomètres défilent dans un paysage de plus en plus fantomatique. La progression est lente, freinée par la neige. Russel, bouleversé par cette naissance imminente., se remémore des moments importants de sa vie. L'auteur construit ce retour en arrière par petites touches. Les souvenirs semblent émerger sans ordre apparent, de la recette de jambalaya de son père à ses années universitaires. Le mot père n'est d'ailleurs jamais écrit. Russel Fontenot parle de lui comme du vieux, celui qui l'a élevé, sans lui montrer, ou si rarement, la moindre marque d'affection. Il évoque la petite station service tenue par celui-ci, son refus catégorique de parler de sa mère, de leurs origines Cajuns, comme si tous les deux vivaient " hors sol", sans racines donc sans passé. Le jour des 18 ans du personnage principal, le vieux est parti., comme s'il avait accompli à minima sa mission. 

Comment devenir père quand le sien n'a rien eu d'un modèle ? Comment aimer une femme quand on a grandi sans présence féminine ? Comment envisager d'avoir une famille quand le mot n'est pour vous qu'un concept abstrait ? 

Les kilomètres défilent, les heures passent et Russel s'égare. Remontent à sa conscience l'université et son amitié avec Koz, riche rejeton finalement aussi paumé que lui. Lui, le boursier, qui doit rester dans les clous, ne pas se faire remarquer, accompagne plus qu'il ne suit son ami dans ses errances :musique rock à fond, drogues à perdre la raison, filles à consommer sans modération.. A l'université, entre Koz et sa copine Chilli, il se recrée une famille bancale et destructrice. Le fait qu'il soit sur la route, des années plus tard, par une nuit d'hiver, pour rejoindre Jennie, montre qu'il a évolué et adopté un schéma de famille plus classique.

Au loin se devinent des lumières, peut-être celle de la maternité. Russel émerge de la nuit, du chaos et s'avance vers l'avenir. Un avenir construit non pas sur le refus, mais l'acceptation de son passé.

Un roman à la poésie brute, où les femmes sont regardées avec une tendresse dont un Yann Moix devrait s'inspirer.