Source: Externe

Lu en quelques heures, ce roman de Camilles Challes raconte le "pétage de plomb" de Justine, une femme très révélatrice de notre société comptemporaine. Notre héroïne se persuade que la fête surprise organisée par son mari pour ses quarante ans et le blender offert à cette occasion sont les éléments déclencheurs de sa crise existencielle. Elle ne se reconnaît pas dans cette "wonderwoman", le blender dans une main pour être la mère parfaite des post Instagram #family et l'iphone dans l'autre pour gérer à distance ses rendez-vous professionnels et coller cette fois-ci avec des posts #workinggirl. Coincée dans son rôle de mère idéale sur laquelle tout le monde compte, épuisée par son rôle d'employée modèle acceptant avec le sourire des dossiers de plus en plus lourds et des deadlines quasi-intenables, en plein doute sur sa relation avec Maxime, son deuxième mari, Justine se dit que son "moi" d'il y a vingt ans, cette élève de Terminale qui pensait que tout était possible, qu'aucun chemin n'était tracé d'avance ne serait pas fière de ce qu'elle est devenue.

Sur les conseils de son amie Claire, une célibattante, elle prend une semaine de RTT et se lance sur les traces de sa bande de copains de Terminale. Ont-ils mieux réussi qu'elle à composer avec l'âge adulte ? Ont-ils réalisé tous les projets qui leur tenaient à coeur à 18 ans ? Justine espère que ce retour dans les années 90 lui permettra de trouver des réponses à son mal-être et de se recentrer sur l'essentiel. Commence alors un road-trip contemporain, piloté à distance par Claire, qui constitue des dossiers sur tous les amis que Justine veut retrouver, lui arrange des rendez-vous avec ceux-ci et va jusqu'à lui réserver tous ses billets de train. On est assez loin de Jack Kerouac :-).

Le lecteur suit avec plaisir Justine dans ses tribulations, il renoue lui aussi avec sa jeunesse, ce temps d'avant les réseaux sociaux. Son exploration ne ramène pas seulement notre personnage principal au temps du lycée, mais bien avant, quand son univers se limitait à ses parents, sa soeur et leur petite vie tranquille dans un quartier résidentiel d'une ville moyenne. Le charme de ce livre est aussi de nous remettre en tête la bande son de l'époque, de nous faire sentir à nouveau le goût chimique du Tang et de nous permettre de revivre les amours adolescentes oscillant entre inquiétude, maladresse et serment de s'aimer toujours ( ou du moins jusqu'aux vacances prochaines).

La plume de Camilles Challes est aussi joliment affûtée sur notre société du paraître et des modes qui disparaissent avant même de s'installer. Certains passages, en particulier sur les réseaux sociaux, sont particulièrement bien vus.

Ma seule réserve concerne les "personnages", sans doute fruits de l'imagination de Justine, qui la guident sur cette route à rebours. Sans doute sont-ils là pour nous avertir que Justine a rendez-vous, au bout du chemin, avec le fantôme d'un être aimé ? Personnellement, je les ai trouvés superflus et même caricaturaux, surtout la diseuse de bonne aventure.

Merci à Camilles Challes pour cette plongée dans les années lycée, celles où les papillons sortent de leur chrysalyde et s'envolent pour les plus solides vers un futur qu'ils imaginent merveilleux. Merci aussi de situer la fin du chemin de Justine en Finistère, à la fin de la terre, sur la plage de la Palue. Rien de pouvait faire plus plaisir à la Bretonne que je suis.

Merci à Slavka, attachée de presse des éditions City, pour l'envoi de ce SP.