03 avril 2017

Les Inséparables de Stuart Nadler

   D'emblée, j'avoue (Inutile de me soumettre à la Question) : je n'ai absolument pas saisi le lien entre la couverture (Un Edward Hopper à la patte très reconnaissable) et le roman de Stuart Nadler. L'auteur nous offre trois beaux portraits de femmes, sans que l'une ait la prééminence sur les autres. La blonde sur le canapé pourrait être Henriette, la plus âgée, qui connut son heure de gloire dans les années 60, en raison de la sortie de son "brûlot" érotique : "Les Inséparables". Je ne suis même pas certaine que cette... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 18:29 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

25 mars 2017

Quart de frère Quart de soeur (tome 1) de Sophie Adriansen

   Ce livre est un petit bijou dans un très bel écrin. Avant de vous parler de l'histoire, j'ai envie de m'attarder sur la couverture et la quatrième de couverture. Les deux personnages principaux y apparaissent sous le crayon de Maureen Poignonec. Le trait est moderne tout en gardant la tendresse et la rondeur de l'enfance. Les couleurs délicates, posées sur un blanc pur, le titre avec ses rayons de soleil et sa goutte d'eau donnent envie de rentrer dans l'univers de Viviane et Arthur, tous deux élèves de CM2. La... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 09:34 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
20 mars 2017

Atelier n°67

  Ce texte est ma participation à l'atelier de Leiloona. Il s'inspire d'une photo de Fred Hedin.   " Tu manges au self à midi ?"  J'ai répondu par la négative à ma collègue Sylvie.Depuis septembre, j'avais repris le goût des repas à la cantine, des discussions boulot et météo. Rien de transcendant, juste le plaisir d'échanger avec des adultes. Depuis septembre et mon retour au travail après sept années de congés, je me sentais revivre. C'est difficile à expliquer mais c'était pour moi comme un "shoot" de normalité.... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags :
16 mars 2017

" Là où tu iras, j'irai" de Marie Vareille

    " Fruitinette" de Marie Vareille    Je précise d'emblée que mon article n'est pas sponsorisé par Lutti et que le vile rumeur, selon laquelle, ils m'ont promis mon poids en bonbons n'est que pure calomnie. Je viens de terminer le roman de Marie Vareille et je n'hésite pas à le comparer à une fruitinette de chez Lutti. Je suis certaine que vous connaissez ce bonbon aux fruits.Son enrobage sucré cache un coeur mou aux saveurs nettement plus acidulées. De la même manière, "Là où tu iras, j'irai" est une comédie... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
13 mars 2017

Atelier n°66

Ce texte est ma participation à l'atelier de Leiloona. il s'inspire d'une photo de Emma jane Browne.   Pardonnez-moi, Seigneur, pour mes péchés. Depuis plus d'un mois, je fais un détour tous les soirs par la pâtisserie "Le palais sucré" avant de rentrer à l'appartement. Je me faufile subrepticement jusqu'à notre chambre pour dissimuler, dans mon tiroir à sous-vêtements, macarons vanille et financiers pistache. La cachette est tellement improbable que je doute que Mélanie, mon épouse, la découvre un jour. Je suis un homme à... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags :
09 mars 2017

La révolution en chaussons

   A ma grande surprise,l'auteur de ce roman est né en 1985. Le style délicieusement suranné, émaillé d'expressions pittoresques, m'avait fait imaginer un "Louis-Henri de La Rochefoucauld" en vieil homme portant beau, une sorte de clone de Jean D'Ormesson. Notre écrivain serait-il comme son anti-héros, François de Rupignac, un homme âgé avant l'heure, amateur de petites laines, de feux de cheminée et de tisane à la camomille ? Je pense plutôt qu'il est doué d'un sens de l'observation extrêmement affûté, doublé d'une... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 11:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

21 février 2017

Un roman primesautier !

   Paul Vacca ressuscite Eugène Sue pour le plus grand plaisir du lecteur. Son admiration pour l'auteur des" Mystères de Paris" ne tourne pas au panégyrique mais prend la forme d'un récit qui allie drôlerie et érudition. Nous voilà plongé "in media res" : Eugène Sue, jeune dandy fortuné, déguisé en peintre en bâtiment, quitte les beaux quartiers de la capitale pour en explorer les bas-fonds. Minute papillon ! Nous n'en saurons pas plus pour l'instant. A la manière des feuilletonistes en vogue au XIXème siècle, Paul Vacca... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 18:42 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
02 février 2017

Et si l'Amérique ne faisait plus rêver ...

  Le titre de ma chronique pourrait le laisser supposer mais non ...  Donald Trump n'apparaît pas dans le roman de Paula McGrath. En revanche, de nombreux personnages se frottent à des époques différentes au rêve américain.Ils s'y frottent et s'y blessent. Certains évoqueront un récit décousu, une trame un peu lâche. Je le "confesse", le roman choral où les liens entre personnages sont subtils, voire sous-entendus, est mon péché mignon. J'aime être une lectrice active, à l'affût des indices, parfois ténus,qui font avancer... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
30 janvier 2017

Atelier n°65

Ce texte est ma participation à l'atelier de Leiloona. Il s'inspire d'une photo d'Anselme.   Lou passe tous les jours devant l'arbre à voeux. Ce projet initié par la section Arts Plastiques du lycée, lui donne souvent le sourire avant d'aller en cours. Elle suit l'apparition de ces fruits de papier avec assiduité, attendrie par les gribouillis d'un enfant ou intriguée par un message dans une langue étrangère. Aujourd'hui, elle remarque tout de suite une feuille quadrillée, découpée en forme de bouteille. Son prénom écrit en... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :
19 janvier 2017

La saison des primevères était passée...

" La saison des primevères était passée."La première phrase du roman, information assez insignifiante pour les hommes, est le signe, pour la gent lapine ,que le printemps va bientôt transformer la nature en un splendide garde-manger. Vous allez vous surprendre très rapidement à ne plus penser en humain mais en lapin. Vous trouverez normal de farfaler à la fraîche, de guetter l'apparition des vilous et de vous endormir, béat, contre la fourrure bien chaude d'un de vos congénères au fond d'un terrier. Richard Adams... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :