20 mai 2016

Par le petit bout de la lorgnette...

   Vienne, 1937. L'Histoire est en marche et l'ombre d'Hitler plane sur la ville. Robert Seethaler choisit de nous présenter cette période par "le petit bout de la lorgnette", plus exactement du tabac tenu par Otto Tresniek. Cet homme, qui a perdu une jambe à la guerre de 14/18, voit défiler dans son magasin aussi bien les ouvriers que les notables. Il peut compter sur de fidèles clients de la bourgeoisie juive dont le célèbre Sigmund Freud, amateur de cigares.    Nous sommes juste avant l'Anschluss,... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

18 mai 2016

Je n'ai pas fait tapisserie...

   Un nouveau roman, où la danse occupe une place centrale comme dans "En attendant Bojangles" mais, cette fois, je n'ai pas fait tapisserie. Tim Gautreaux nous prend par la main et nous conduit tout droit à Tiger Island, une bourgade de Louisiane, pour y retrouver Beau Gosse (alias Paul Thibodeaux). Les distractions sont rares dans la petite ville. Dans les gargotes qui ont poussé comme des champignons avec l'installation de puits de pétrole, on peut déguster des écrevisses et des crabes au poivre, participer à des... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 07:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :
16 mai 2016

Atelier n° 49

Ce texte est ma participation à l'atelier de Leiloona. Il s'inspire d'un détail d'une peinture de Jérome Bosch.    Avant, du temps où j'avais ma forme humaine, avant mon infarctus, je ne croyais pas plus à la réincarnation qu'aux hommes politiques vertueux ou aux banquiers philanthropes. Depuis, ma situation, en perpétuelle évolution, m'a amené à réviser mon jugement péromptoire. Moi, Jules-Fernidand de Furcé-Belliches, PDG de FB Cosmetics, un poids lourds du CAC 40, j'en suis à ma cinquième "réincarnation" en souris, et... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :
13 mai 2016

Un "achachi" pour Qinaya...

   Mister H. est tombé en arrêt devant cette BD dans une librairie. Il s'est dit : "Bon sang mais c'est bien sûr, elle est faite pour mon Albertine !" et il me l'a offerte. Il connaît mon affection pour les gens ordinaires, pour les personnages "ronchonchons", les bougons au coeur tendre. La couverture nous montre Gabriel, 74 ans, boucher à la retraite, pas plus motivé que cela par l'arrivée de Qinaya, une petite orpheline péruvienne de 4 ans, adopté par son fils et sa belle-fille. Le regard perplexe qu'il pose sur... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :
11 mai 2016

J'ai fait tapisserie...

   Vous avez vu cette ouverture ? Le couple de danseurs est partiellement caché par trois bandeaux élogieux, de quoi tétaniser mes petits doigts devant l'écran. Ecrire un article mi-figue mi-raisin sur un livre encensé par tant de lecteurs de qualité, c'est un exercice périlleux.  Depuis sa sortie, ce roman me tente énormément. Quand je me trouve dans cette situation, je m'efforce de ne rien lire, rien voir, rien écouter sur celui-ci pour ne pas être influencée au moment de découvrir les premières lignes. Je me... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :
09 mai 2016

Atelier n°48

   Ce texte est ma participation à l'atelier de Leiloona. Il s'inspire d'une photo de Leiloona (On n'est jamais mieux servi que par soi-même !) Caspar Friedrich vs Bibi    Vous connaissez, j'en suis certain, le tableau de cette "enflure" de Caspar Friedrich : Le voyageur contemplant une mer de nuages. Pour rappel, si comme moi, votre culture comporte quelques lacunes, son oeuvre représente un homme de dos, face à l'Océan dissimulé sous le brouillard. Personnellement, je ne trouve pas qu'il y ait de quoi... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

04 mai 2016

L’œil est un petit Christophe Colomb...

  A l'heure où je vous écris, le mystère n'est toujours pas résolu. Comment ce livre de Philippe Costamagna est-il arrivé dans ma boîte aux lettres ? L'énigmatique enveloppe en provenance des éditions Grasset contenait cette "Histoires d'oeils", où l'auteur explique cette "profession" si particulière dans le domaine de l'art. Philipppe Costamagna est un "oeil", comme en parfumerie, il existe des "nez". La grande différence réside dans le fait que le "nez" est créateur alors que "l'oeil" est découvreur. Sa science est celle de... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 mai 2016

Atelier n°47

Ce texte est ma participation à l'atelier de Leiloona. Il s'inspire d'une photo de Julien Ribot. Mes pas aux siens mêlés   6h25 à ma montre connectée, j'arrive à la place du Centre. Je suis bien dans les temps. Les pavés luisent et semblent absorber les lumières des cafés environnants. Attention à ne pas glisser, je règle ma foulée et aperçois de l'autre côté du parc une silhouette abritée sous un parapluie.     La pluie ne me gêne pas. J'aime sentir les gouttes ruisseler sur mon visage et se mélanger à la... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :
29 avril 2016

Courir pour se retrouver...

   L'héroïne de ce roman d'apprentissage, Nina Gary, est la soeur presque jumelle de l'auteur Rachel Khan. Elle est le fruit du métissage : sa mère est polonaise et juive, son père est gambien et musulman. Nina se retrouve à la fois héritière de deux lourds passés, la Shoah et la colonisation mais aussi de deux cultures très riches. A la maison, ce "mélange" est harmonieux, l'amour que se portent ses parents est un extraordinaire liant. Nina grandit entre la synagogue qu'elle fréquente assidûment avec son grand-père Yoram... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 10:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
27 avril 2016

Adopte un commissaire...

  Les amoureux de l'Italie  auront reconnu sur la très belle couverture les monuments emblématiques de Florence. Le palazzo et le Ponte Vecchio, la cathédrale Santa Maria Del Fiore nous invitent déjà au voyage. La petite Coccinelle appartient au commissaire Bordelli, 53 ans, qui tente de survivre aux températures écrasantes de cette fin juillet 1963. Il n'a pas déserté la ville comme beaucoup et lutte à la fois contre la chaleur, les moustiques et les souvenirs encore très présents de la Seconde Guerre Mondiale. Le seul... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :