17 avril 2017

Les filles au lion de Jessie Burton

Billet sous forme de carte heuristique (déformation professionnelle) Pour ceux qui ignoreraient ce que cache ce terme "savant", imaginez un tableau blanc, un cercle grossièrement tracé et dans celui-ci, écrit en rouge : Les filles au lion. Tout autour de ce cercle (aux allures de patate) des flèches et au bout de celles-ci, les mots que j'associe à ce titre.Je me suis réellement prêtée à l'exercice et je vous en livre le résultat : -  Miniaturiste -  le tableau (art/ création/ peinture/écriture) -  le roman... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 17:44 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

03 avril 2017

Les Inséparables de Stuart Nadler

   D'emblée, j'avoue (Inutile de me soumettre à la Question) : je n'ai absolument pas saisi le lien entre la couverture (Un Edward Hopper à la patte très reconnaissable) et le roman de Stuart Nadler. L'auteur nous offre trois beaux portraits de femmes, sans que l'une ait la prééminence sur les autres. La blonde sur le canapé pourrait être Henriette, la plus âgée, qui connut son heure de gloire dans les années 60, en raison de la sortie de son "brûlot" érotique : "Les Inséparables". Je ne suis même pas certaine que cette... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 18:29 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
02 février 2017

Et si l'Amérique ne faisait plus rêver ...

  Le titre de ma chronique pourrait le laisser supposer mais non ...  Donald Trump n'apparaît pas dans le roman de Paula McGrath. En revanche, de nombreux personnages se frottent à des époques différentes au rêve américain.Ils s'y frottent et s'y blessent. Certains évoqueront un récit décousu, une trame un peu lâche. Je le "confesse", le roman choral où les liens entre personnages sont subtils, voire sous-entendus, est mon péché mignon. J'aime être une lectrice active, à l'affût des indices, parfois ténus,qui font avancer... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
19 janvier 2017

La saison des primevères était passée...

" La saison des primevères était passée."La première phrase du roman, information assez insignifiante pour les hommes, est le signe, pour la gent lapine ,que le printemps va bientôt transformer la nature en un splendide garde-manger. Vous allez vous surprendre très rapidement à ne plus penser en humain mais en lapin. Vous trouverez normal de farfaler à la fraîche, de guetter l'apparition des vilous et de vous endormir, béat, contre la fourrure bien chaude d'un de vos congénères au fond d'un terrier. Richard Adams... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
05 janvier 2017

"Charles Wang en voulait à mort à l'Amérique"

"Charles Wang en voulait à mort à l'Amérique". Première phrase du roman et début d'un road-movie tragi-comique à bord d'une antique Mercedes bleu layette. Son empire de cosmétiques, tous ses biens dont sa maison à Bel Air en Californie, vont lui être arrachés par les "vautours" qui se repaissent, selon lui, de la crise financière de 2008. Le patriarche a tout perdu et ne rêve plus que d'un retour sur les terres de ses ancêtres. Il n'a jamais connu l'époque où les Wang étaient une famille très influente en Chine. Il a passé son... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
30 novembre 2016

Une toile d'araignée ...

  Le dernier roman de Jonathan Coe est à l'image de la couverture, énigmatique et "disparate" (du moins en apparence). L'auteur nous invite à la lecture de "Quelques contes sur la folie des temps" . Ces contes sont au nombre de cinq et nous amènent dans des lieux et des temps différents. Deux petites filles Rachel et Allison, qui vont devenir de jeunes femmes, nous guident à travers ces histoires où elles apparaissent parfois au premier plan, parfois au second, voire à l'arrière-plan. Un autre personnage,  plus mystérieux,... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 12:41 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

24 novembre 2016

La voix de son maître ...

   Je suis une inconditionnelle d'Alexander McCall Smith. Quand il écrit sur une couverture : "Charmant et extrêmement drôle", je me précipite pour acheter le roman et je m'empresse de rédiger un article dans la veine de son commentaire enthousiaste.    Déjà je souligne la bonne idée des éditions Charleston qui ont remis au goût du jour cette "comédie" anglaise écrite en 1934. L'histoire se déroule dans l'entre-deux guerres. Les morts de 14-18 sont encore dans les mémoires et parviennent de nouveau d'Allemagne... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:38 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
15 novembre 2016

Du feelgood au cœur de novembre

     Depuis de nombreuses années, j'appréhende l'arrivée du miz du (le mois noir en Breton). Ces romans, complètement addictifs, m'auront permis d'oublier, un temps, la pluie battant le carreau et le triste anniversaire de ceux partis trop tôt. Je vous offre aujourd'hui du feelgood au coeur de novembre     Jenny et Rachel, deux soeurs très complices, vivent l'une et l'autre un moment difficile. Jenny, fraîchement divorcée, a quitté Manhattan pour ouvrir sa boutique de robes de mariées dans sa ville... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
12 novembre 2016

Quitte ou double ...

   Lorsque Babélio m'a proposé ce roman en partenariat avec les éditions Phébus, j'ai hésité. Le thème du double ( de la gémellité) ne me fascine pas. En revanche, le personnage principal,Sergi Vélasquez, artiste peintre, coincé à 32 ans dans une adolescence prolongée, avait tout pour me plaire. J'ai apprécié ce trentenaire bordélique, capable de tenir des propos très subtils sur l'art et d'enchaîner par une phrase d'une puérilité confondante. J'ai adoré la petite famille de sa soeur. Julia est psychanalyste et reçoit... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
09 novembre 2016

Une pépite "vintage"

   Rares sont les romans que je lis à" l'économie", un chapitre par soir pour ne pas les terminer trop vite.Mr North en fait partie. Dernier livre écrit par Thornton Wilder en 1973, il nous transporte à Newport durant l'été 1926.Théophilus North, 29 ans vient d'abandonner sans regret sa carrière d'enseignant et se donne l'été pour réfléchir à ce qu'il veut faire de sa vie. Un été, c'est relativement court pour un homme qui comme il le souligne au début du roman, a eu 9 vocations successives : saint, anthropologue,... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :