19 mars 2016

Je me fais des films...

Ma propension à lire trop vite et à m'enballer pour les couvertures m'amène parfois à me faire des films qui nuisent au livre choisi. Pour le roman de Sylvie Gibert, j'ai réussi à cumuler une erreur sur le titre et une interprétation de la couverture qui s'est avérée fausse. Dans un premier temps, j'avais retenu que l'histoire mettait en scène une jeune femme peintre  (jusque là pas d'erreur) mais je la voyais peignant dans un atelier avec des POISSONS. Immédiatement, mon cerveau en mode google a imprimé sur ma rétine ce... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

08 mars 2016

Le Colonel Chabert expliqué à mes nièces...

   Etre tantine et professeur de Lettres peut parfois s'avérer délicat, surtout quand on se voit investie d'une mission aussi périlleuse que celle-ci : "Vendre" Le Colonel Chabert à deux adolescentes de 16 et 17 ans ! Ne me répondez surtout pas qu'un tel chef-d'oeuvre n'a pas besoin d'être "vendu" tant le jeune d'aujourd'hui est immédiatement terrassé par la beauté de la prose balzacienne. Je vous le dis tout de go, vous vivez dans un monde de rêve, une utopie peuplée de lycéens épris de littérature. Redescendez sur terre,... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :
03 mars 2016

Toute résistance est inutile...

   Le dernier roman d'Isabelle Coudrier m'intriguait.Les articles de Clara et de Cuné avaient fait émerger du flot des nouveautés de janvier ce Babybatch au titre énigmatique. Rien pourtant n'était gagné, je lis assez peu de romans français, je ne connaissais pas l'auteure et Cuné signalait des imparfaits du subjonctif, merveilleux quand ils sont utilisés au service de l'élégance d'un style, calamiteux quand le lecteur a le sentiment que l'écrivain en joue comme un paon de ses plumes, pour l'épate.    Rapidement... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 08:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :
17 février 2016

Miroir, mon beau miroir...

   L'article de Clara m'avait rendue curieuse mais ce n'est pas sans une certaine appréhension que j'ai commencé le dernier livre de Camille Laurens. Je suis fâchée avec "L'autofiction" et ne me suis toujours pas décidée à acheter "D'après une histoire vraie" de Delphine de Vigan. Le pari était donc risqué... mais gagné. J'ai beaucoup aimé ce roman, exercice littéraire parfois déroutant, empreint cependant d'une réflexion sensible sur la place des femmes qui prennent de l'âge dans notre société.    La narratrice... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :
03 février 2016

Vernon Subutex, Virginie Despentes, Audiolib et moi...

    Contactée par Morgane de chez Audiolib, j'y ai vu l'opportunité de vaincre mes préjugés à l'égard de Virginie Despentes. Comme de nombreuses personnalités "clivantes",elle suscitait chez moi curiosité et malaise. Le problème au niveau de la lecture n'est absolument pas venu de l'histoire de Vernon, dont je ne connais encore que les prémices car j'ai craqué bien avant la fin du roman, quand j'ai entendu "Chapitre 2"... Non ? Impossible ! J'étais forcément plus avancée dans la lecture... Après vérification, Jacques... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 18:30 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :
11 novembre 2015

Fortune de mer

   Dans les remerciements à la fin du roman, Jean-Luc Coatalem salue le chanteur Christophe Miossec pour sa chanson "Fortune de mer". Elle l'a accompagné tout au long de la rédaction de ce livre. Avant de débuter ce billet, je l'ai écoutée et puis écoutée de nouveau. Extraite de l'album Finistériens, elle colle à l'écriture de l'auteur. La mélancolie, la folie, la sauvagerie de la pointe Bretagne et de l'île d'Ouessant sont dans la voix et les instruments parfois dissonants de Miossec.    L'histoire démarre... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

05 novembre 2015

Et la mer et l'amour ont l'amer pour partage...

   J'ai emprunté ce titre au poète Pierre de Marbeuf. Ce vers m'est revenu spontanément en mémoire à la lecture de ce magnifique roman d'Olivier Frébourg. J'ai aimé son écriture sensuelle dès les premières pages. Le narrateur, alors adolescent, vit sur la presqu'île de Quiberon et voue, comme ses copains, un culte quasi-païen à la "belle Gaëlle", une mère de famille franco-vietnamienne. Elle les fascine, ils se consument de désir devant sa "blondeur d'un roux de flamme sous le soleil, ses yeux bleus, bridés, ses pommettes... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 18:53 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :
04 novembre 2015

Rose et Titi...

   Je suis certaine que nous avons tous dans la tête le souvenir de vacances ensoleillés. Elles se rappellent à nous les jours un peu gris et nous ramènent loin en arrière, à notre enfance, à la fois si proche et si lointaine. Moi, ces parenthèses dorées, elles se déroulaient au camping de La Pommeraie à la pointe de Trévignon. Si vous souhaitez retrouver mon coin de paradis sur une carte, cherchez du côté de Trégunc dans le Finistère-Sud. Rien que d'écrire ce mot, Trévignon, je me revois claquettes aux pieds, empruntant... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :
28 octobre 2015

Les hommes-courants d'air et les femmes-racines

     Jeanne Benameur est un auteur que j'admire et à bien y réfléchir, ils ne sont pas si nombreux. Je lis beaucoup, énormément diront certains. Je lis du bon et du moins bon. Je lis comme je respire. Je lis peut-être pour mieux respirer. Je lis selon mes humeurs, mes besoins, mes élans du coeur, mes chagrins. Quelques écrivains constituent des points d'ancrage dans mes lectures sauvages. Si j'ai choisi Jeanne Benameur pour ces matchs de la rentrée littéraire 2015, ce n'est pas par hasard mais pour écrire sur un... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 11:26 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
24 septembre 2015

Quatorze juillet en septembre !

   Je pensais être conquise d'emblée ! Malika Ferdjoukh est une auteure que j'apprécie énormément et je comptais la laisser me guider dans le New York d'après-guerre. Le début de l'histoire a un peu douché mon enthousiasme débordant. Nous découvrons en même temps que Jocelyn Brouillard, un  Français de dix-sept ans, la pension Giboulée qui accueille uniquement des jeunes filles. Mrs Merle, la propriétaire a été induite en erreur par le prénom de Jocelyn qu'elle croyait féminin et elle ne saurait accepter un loup dans... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :