21 février 2017

Un roman primesautier !

   Paul Vacca ressuscite Eugène Sue pour le plus grand plaisir du lecteur. Son admiration pour l'auteur des" Mystères de Paris" ne tourne pas au panégyrique mais prend la forme d'un récit qui allie drôlerie et érudition. Nous voilà plongé "in media res" : Eugène Sue, jeune dandy fortuné, déguisé en peintre en bâtiment, quitte les beaux quartiers de la capitale pour en explorer les bas-fonds. Minute papillon ! Nous n'en saurons pas plus pour l'instant. A la manière des feuilletonistes en vogue au XIXème siècle, Paul Vacca... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 18:42 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

12 novembre 2016

Quitte ou double ...

   Lorsque Babélio m'a proposé ce roman en partenariat avec les éditions Phébus, j'ai hésité. Le thème du double ( de la gémellité) ne me fascine pas. En revanche, le personnage principal,Sergi Vélasquez, artiste peintre, coincé à 32 ans dans une adolescence prolongée, avait tout pour me plaire. J'ai apprécié ce trentenaire bordélique, capable de tenir des propos très subtils sur l'art et d'enchaîner par une phrase d'une puérilité confondante. J'ai adoré la petite famille de sa soeur. Julia est psychanalyste et reçoit... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
20 octobre 2016

"Il n'y a rien de plus beau qu'une clé quand on ne sait pas ce qu'elle ouvre"

   Cette phrase de Maurice Maeterlinck ouvre le roman et résume bien l'intrigue.Tout débute par une soirée entre trentenaires parisiens, tendance bobo.  Christophe et Mariella ont invité leurs amis pour pendre la crémaillère de leur nouvel appartement et proposent, une fois leurs hôtes un peu "imbibés", un jeu avec des gages.Il faut repérer sur une illustration projetée au mur et qui fourmille de personnages et de détail un objet précis. Capucine et Octave sont les grands perdants et se retrouvent contraints de dormir... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 septembre 2016

Des mots jaillissent la lumière ...

"Dieu dit : Que la lumière soit ! Et la lumière fut."    Le début de "Fils du feu" m'a fait immédiatement pensé à la Genèse. Le narrateur, encore enfant, décrit la forge où son père travaille avec son ouvrier Jacky. Ces deux hommes, deux Hercule aux yeux du garçonnet, transforment la matière, créent des objets que leur naissance  dans un tourbillon de flammes et d'escarbilles anoblit. Les mots de Guy Foley sont  autant de flammèches échappées de ce creuset initial, de cette scène fondatrice. Ils décrivent... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 19:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 septembre 2016

Le vert paradis ...

    Avant même d'aller découvrir l'avis d'autres lecteurs sur "Petit pays", j'ai envie de déverser mon émotion sur l'écran. Certaines histoires ne passent pas, ou peu, par le philtre de l'analyse critique, elles vont droit au coeur. Gaël Faye, dans ce livre où fiction et autobiographie sont intimement mêlées, nous ramène au Burundi en 1993. Il renoue avec son passé, avec le "vert paradis" de son enfance avant que son innocence ne soit fracassée par l'irruption de la violence dans l'impasse où il vit à Bujumbura.  ... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 12:32 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
26 juin 2016

Et si banalité rimait avec beauté ?

   Quelques mots du poète Rutebeuf en guise de titre, j'étais déjà conquise. Le dernier livre de Jean-Claude Mourlevat, un de mes auteurs préférés a, en plus, le bon goût de se dérouler à Ouessant, je me suis donc précipitée sur "Mes amis devenus". Et j'ai eu raison. Pourtant l'auteur nous raconte une histoire qui, sous forme d'un synopsis, pourrait faire hausser les épaules : trop vu, trop rebattu, pas assez sensationnel, pas assez accrocheur. Silvère, une petite soixantaine, est venu un jour en avance, à Ouessant. Il... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

21 juin 2016

Ibrahima, Rayan et le merveilleux Kevin...

   Sur la couverture, j'imagine Ibrahima, Rayan et Kevin dans ce manège à sensations. Les trois ados seraient grisés par la vitesse, malmenés, secoués, déstabilisés mais pour leur plus grand plaisir. Dans les cris qu'ils pousseraient, il y aurait autant de peur que d'excitation et de bonheur.    Dans ce manège, la vie s'accélère pour de faux. Pour les trois garçons, au coeur de ce roman, leur vie s'est vraiment emballée et les a conduits, à être placés dans un foyer. La figure la plus saisissante du livre, à mon... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 09:34 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
19 juin 2016

Amour, humour et Spritz...

   Qui ne connaît pas le célèbre "Madame Bovary", c'est moi." de Gustave Flaubert ? Euh, probablement beaucoup de monde, surtout dans la tranche d'âge qui a pris Anatole France pour une femme. En même temps, l'écrivain n'est pas un perdreau de l'année et France Gall redevient à la mode avec la comédie musicale "Résiste". De quoi induire en erreur les malheureux candidats au bac de Français qui devaient plancher sur un de ses textes.    Ne nous égarons pas ! L'objet de cette chronique n'est pas de disserter sur... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 19:15 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
04 mai 2016

L’œil est un petit Christophe Colomb...

  A l'heure où je vous écris, le mystère n'est toujours pas résolu. Comment ce livre de Philippe Costamagna est-il arrivé dans ma boîte aux lettres ? L'énigmatique enveloppe en provenance des éditions Grasset contenait cette "Histoires d'oeils", où l'auteur explique cette "profession" si particulière dans le domaine de l'art. Philipppe Costamagna est un "oeil", comme en parfumerie, il existe des "nez". La grande différence réside dans le fait que le "nez" est créateur alors que "l'oeil" est découvreur. Sa science est celle de... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 mars 2016

Je me fais des films...

Ma propension à lire trop vite et à m'enballer pour les couvertures m'amène parfois à me faire des films qui nuisent au livre choisi. Pour le roman de Sylvie Gibert, j'ai réussi à cumuler une erreur sur le titre et une interprétation de la couverture qui s'est avérée fausse. Dans un premier temps, j'avais retenu que l'histoire mettait en scène une jeune femme peintre  (jusque là pas d'erreur) mais je la voyais peignant dans un atelier avec des POISSONS. Immédiatement, mon cerveau en mode google a imprimé sur ma rétine ce... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :