25 juin 2016

Un objet de curiosité...

   Lu et relu, "Notre château" est resté pour moi un objet de curiosité, un objet à" disséquer" pour en comprendre le fonctionnement. Je ne l'ai pas abandonné en cours de route, curieuse d'avoir des réponses aux nombreux mystères que l'auteur glisse entre les lignes. Je n'ai trouvé que des réponses partielles à la fin du roman.Pour certaines lectrices, ce flou contribue à l'atmosphère "gothique" du récit. Moi, il m'a laissée sur la faim. Je suis trop cartésienne sans doute.    Ce roman, dès les premières... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 juin 2016

La fête de la bière en Bavière...

  Je veux croire que je ne suis pas la seule à avoir lu dans le titre une invitation à la fête de la bière, une saga familiale dans le houblon, un voyage en terres allemandes. C'est peu dire que j'ai été "cueillie" par les premières pages qui mêlent les pensées d'un couple haïtien, parents de cinq enfants. L'écriture d'Evains Wêche m'a immédiatement happée. Elle entre et sort de la conscience des personnages sans transition marquée, elle nous donne à entendre les bruits de Port-au-Prince, elle nous ancre dans un territoire,... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
21 juin 2016

Ibrahima, Rayan et le merveilleux Kevin...

   Sur la couverture, j'imagine Ibrahima, Rayan et Kevin dans ce manège à sensations. Les trois ados seraient grisés par la vitesse, malmenés, secoués, déstabilisés mais pour leur plus grand plaisir. Dans les cris qu'ils pousseraient, il y aurait autant de peur que d'excitation et de bonheur.    Dans ce manège, la vie s'accélère pour de faux. Pour les trois garçons, au coeur de ce roman, leur vie s'est vraiment emballée et les a conduits, à être placés dans un foyer. La figure la plus saisissante du livre, à mon... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 09:34 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
20 juin 2016

Atelier n°53

Ce texte est ma participation à l'atelier de Leiloona. Il s'inspire d'une photo de ... Leiloona (la femme aux nombreux talents !)      Au pied de chaque arc-en-ciel se cache un trésor. Moi, j'ai trouvé le mien en me promenant dans les rues de ma ville natale. Je n'y avais pas mis les pieds depuis des dizaines d'années et mes pieds, justement, me faisaient avancer à reculons, sur les routes du temps retrouvé.   Le nez en l'air, à admirer un arc-en-ciel, lumière jaillie du noir, j'ai buté contre une grosse boîte... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :
19 juin 2016

Amour, humour et Spritz...

   Qui ne connaît pas le célèbre "Madame Bovary", c'est moi." de Gustave Flaubert ? Euh, probablement beaucoup de monde, surtout dans la tranche d'âge qui a pris Anatole France pour une femme. En même temps, l'écrivain n'est pas un perdreau de l'année et France Gall redevient à la mode avec la comédie musicale "Résiste". De quoi induire en erreur les malheureux candidats au bac de Français qui devaient plancher sur un de ses textes.    Ne nous égarons pas ! L'objet de cette chronique n'est pas de disserter sur... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 19:15 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
17 juin 2016

C'est le frère de...

   Une blogueuse et amie m'a fait remarquer que l'auteur était le frère de... sans plus de précision. Le frère de … ? Réflexe Wiki (Je sais c'est mal mais tellement rapide !). Valentin Musso est le frère de Guillaume Musso, écrivain à succès aussi aimé que décrié. Je me disais aussi que le nom de Musso avait quelque chose de familier. Je ne porterai pas de jugement sur les livres du frère aîné, je ne les ai pas lus. Revenons plutôt au thriller du cadet, qualifié de « page-turner » sur la quatrième de... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 juin 2016

Embarquement pour le RER...

   Anne Collongues a écrit un roman à lire comme on écouterait une chorale. Les voix des personnages s'élèvent, parfois en solo, parfois intimement mêlées avec une grande virtuosité. Tantôt forte, tantôt mezzo-voce, les voix des septs passagers nous donnent à entendre une chanson souvent poignante dans ce RER quittant Paris, la nuit, pour une lointaine banlieue.    La première a monté dans la rame est Marie, une très jeune femme aux joues encore rondes de l'enfance. Elle s'est précipitée dans ce train comme si... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
13 juin 2016

Atelier n°52

  Ce texte est ma participation à l'atelier de Leiloona. Il s'inspire une nouvelle fois d'une photo de... Leiloona.      J'appareille, je taille la route, je m'envole, je m'échappe....   Des bagages ? J'ai décidé de voyager léger, de ne pas m'encombrer .    Il y a une valise, bourrée à craquer de mots couteaux, que je vais laisser derrière moi. Je me suis assise dessus pour la fermer, pour clouer le bec aux paroles assassines,  éclairs de rage, éruptions sauvagesLes mots blessants,... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags :
10 juin 2016

Derrière l'écrivain, le juge...

   Le début d'Ahlam m'a laissée dubitative. Un jeune prodige français de la peinture, Paul, s'installe aux Kerkennah en Tunisie. Il vient pour y chercher l'oubli après une rupture amoureuse et retrouver l'inspiration qui a disparu en même temps que la femme aimée.Nous sommes en 2000 et le pays, sous la férule de Ben Ali, est le paradis des touristes, pas celui des autochtones. Il se lie d'amitié avec un pêcheur Farhat et son épouse Nora. Il devient "l'ami" de la famille, prenant sous son aile Issam et Alham, les enfants... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
08 juin 2016

Le sombre qui sommeille...

   Jacques Richard a choisi de sonder, d'interroger le sombre qui sommeille en chacun de nous    142 pages, cinq carnets, c'est peu et pourtant suffisant pour évoquer une vie que l'on s'interdit de vivre. Le narrateur est le fils d'un Waffen-SS, le fils de quelqu'un qui a choisi d'infliger la souffrance, de donner la mort et puis après guerre ,de fonder une famille.Insupportable hiatus. Un donneur de mort peut-il donner la vie ? Ne risque-t-il pas de transmettre à son descendant le goût du sang ? Pense-t-il... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :