08 septembre 2016

"L'appel de la forêt"

Pour entrer dans ce roman, il faut suivre les pas du narrateur, accepter de lâcher prise, de ne plus obéir à la rationalité mais à l'instinct. Le personnage principal, un homme dans la quarantaine, vient de perdre sa mère, Jacqueline. Elle s'est éteinte dans son "manoir" au coeur d'une forêt reçue en héritage. Depuis que cette forêt fait partie du patrimoine familial, cette famille a de la branche au sens propre comme au figuré. Dans leur sang coulent à la fois du sang bleu et de la sève. Le décès de sa mère bouleverse le narrateur... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 13:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

04 septembre 2016

Des mots jaillissent la lumière ...

"Dieu dit : Que la lumière soit ! Et la lumière fut."    Le début de "Fils du feu" m'a fait immédiatement pensé à la Genèse. Le narrateur, encore enfant, décrit la forge où son père travaille avec son ouvrier Jacky. Ces deux hommes, deux Hercule aux yeux du garçonnet, transforment la matière, créent des objets que leur naissance  dans un tourbillon de flammes et d'escarbilles anoblit. Les mots de Guy Foley sont  autant de flammèches échappées de ce creuset initial, de cette scène fondatrice. Ils décrivent... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 19:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
02 septembre 2016

Le vert paradis ...

    Avant même d'aller découvrir l'avis d'autres lecteurs sur "Petit pays", j'ai envie de déverser mon émotion sur l'écran. Certaines histoires ne passent pas, ou peu, par le philtre de l'analyse critique, elles vont droit au coeur. Gaël Faye, dans ce livre où fiction et autobiographie sont intimement mêlées, nous ramène au Burundi en 1993. Il renoue avec son passé, avec le "vert paradis" de son enfance avant que son innocence ne soit fracassée par l'irruption de la violence dans l'impasse où il vit à Bujumbura.  ... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 12:32 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
31 août 2016

Il faut lire ce roman, hé !

Magnifique couverture d'une subtile simplicité : un arrière-plan africain, un tissu traditionnel, et comme posés sur celui-ci des éléments symbolisant New-York. La trame du roman est bien suggérée par ce montage. Jende a quitté sa ville de Limbé au Cameroun pour faire fortune au Etats-Unis. Faire fortune n'est pas la formule exacte, il ne se rêve pas millionnaire. Il souhaite un travail pour subvenir au besoin de sa famille et surtout pour financer les études de ses enfants. Par l'intermédiaire de son cousin Winston, il obtient une... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
28 août 2016

Réflexe pavlovien ...

   Au moment de commencer la rédaction de cet article, je me suis interrogée sur ma propension fâcheuse à "craquer" pour les quatrièmes de couverture avec le mot "chien". Dans le cas de ce roman, le chien est un carlin vieillissant qui répond au nom de Carmen. Aurais-je entamé la lecture des Perles noires de Jackie O. sans Carmen ? Probablement que non... Mais un autre élément aurait pu m'inciter à le faire, la mention d'un univers voisin d'Arto Paasilinna ( Arto ! I love you forever... Euh  en tout bien, tout honneur... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 17:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
22 août 2016

On a enlevé le petit Jésus !

  L'affaire est d'importance, le père Steiger et son sacristain Berk n'ont pas hésité à faire appel au service d'un détective privé. Depuis trois ans, le petit Jésus de la crèche paroissiale est enlevé peu après Noël. Les deux hommes veulent résoudre ce mystère, qui n'a rien de divin, et délèguent ce soin à notre personnage principal, un ancien gardien de square reconverti dans les enquêtes. A son tableau de chasse, un fait d'arme exceptionnel : avoir retrouvé la vieille tortue du jardin botanique de Chanville !  ... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 18:04 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

20 août 2016

Une corne d'abondance...

  A chacun sa corne d'abondance, la mienne, et il me semble celle de Michaël Uras, est pleine de mots, de mots doux ou âpres, de prose ou de poésie, de livres lus et relus sans jamais en épuiser la magie. A tant aimer les mots, l'on finit par avoir de l'encre qui coule dans les veines et la réalité sans cesse nous ramène à la fiction, la citation toujours au bout des lèvres.    Je me suis reconnue dans Alexandre, bibliothérapeute de son état et personnage principal de ce roman. Il a choisi cet "étrange" et beau... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :
19 août 2016

L'été : le temps des pavés (part two)

    Deux couvertures qui ont attiré mon attention, deux résumés lus rapidement, deux livres qui ont atterri tout en haut de ma PAL estivale. La préface du deuxième m'a permis de découvrir, coïncidence heureuse, que ces deux romans avaient de nombreux points communs. Peyton Place(1956), comme La vallée des poupées (1966) ont défrayé la chronique en leur temps. Il faut dire que Grace Metalius et Jacqueline Susann écornent l'image de l'Amérique parfaite, corsetée de vertu et drapée de rêve. Leurs livres vont connaître un... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
16 août 2016

L'été : le temps des pavés (part one)

  Je m'étais réservée ce roman pour les vacances, me fiant à mon intuition.L'été est la période rêvée pour donner du temps au temps et je voulais en profiter pour savourer cette lecture. Je n'ai pas été immédiatement conquise, il m'a fallu cinquante pages pour rentrer dans l'histoire et après, j'ai été happée. Le Trégor et son mois de juillet 2016 se sont effacés, j'ai vécu à Naples, au sortir de la Seconde Guerre Mondiale pendant de longues soirées.    Elena Ferrante nous dépeint une ville beaucoup plus âpre que... [Lire la suite]
Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
04 juillet 2016

Pause estivale

Posté par Albertine22 à 00:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :